« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, au Conseil d’Etat, ils seront apaisés. » (Évangile apocryphe)

Dans La Croix de ce mercredi 20 mai, le Père Dominique Greiner écrit un éditorial extrêmement dangereux dont, j’espère pour lui, qu’il n’a pas mesuré toutes les conséquences nuisibles. Suivant les méthodes journalistiques de ce monde, il commence déjà par son titre et les deux tiers de son propos, à venir au secours de la victoire, celle du triomphe en France du droit à la liberté de culte. Car n’en déplaise à certains, cette liberté est chère à une très grande majorité de catholiques, comme à l’ensemble des citoyens français. Elle signifie en réalité pour tous, la liberté de croire ou de ne pas croire, le libre choix entre la pratique religieuse et la non pratique. L’éditorialiste peut donc, sans craindre de perdre des lecteurs, aller dans le sens du vent majoritaire qui souffle aujourd’hui, fidèle d’ailleurs en cela à la tradition commerciale de son journal, qui lors de l’affaire Dreyfus, à partir de 1898, revendiqua le titre de journal « le plus antisémite de France », entraînant la grande majorité des catholiques dans le camps des anti dreyfusards. Ce fut une des causes de la séparation des églises et de l’Etat en 1905. Lire la Suite →

Homélie du 4e dimanche de Pâques (Jean 10, 1-10)

Le texte proposé pour le quatrième dimanche de Pâques fait suite au récit de la guérison de l’aveugle né. Je le précise car notre lectionnaire l’a fait à sa manière, en indiquant que  Jésus employa cette image pour s’adresser aux « pharisiens ». Et ce rappel est heureux. Car ce texte est mieux compris s’il est reçu comme la suite du passage concernant l’aveugle-né et comme la continuation du dialogue avec les pharisiens.

Quand Jésus parle donc, « d’entrer dans la bergerie en passant par la porte », il s’adresse à ceux qui viennent de l’accuser de les avoir traité d’aveugles, parce qu’ils avaient sciemment refusé de voir un signe du royaume de Dieu dans la guérison de l’aveugle né. Dans un premier temps Jésus avait récusé leur interprétation afin de leur montrer qu’ils demeuraient pécheurs, il ne pouvait en effet invoquer leur ignorance et moins encore une mauvaise manière d’interpréter l’Ecriture. Ils ont tout en main pour connaître Jésus et le reconnaître même comme Messie. Lire la Suite →

Abus de pouvoir

Le 11 mai va bientôt arriver. Ce sera en principe la fin du confinement, selon l’annonce qu’a faite le Président de la République. Ne devrait-elle pas coïncider avec la sortie du tunnel dont parlait le Pape François dans son homélie à Sainte Marthe ce vendredi 17 avril dernier lors de sa messe matinale, et dont la Conférence vient de se faire l’écho dans ses propositions au gouvernement ?

Nous devons jusqu’à cette date vivre une période intermédiaire, extrêmement dangereuse pour le bien des âmes et qui risque de placer l’Eglise dans un grand discrédit. Je veux m’intéresser tout particulièrement au sort des mourants et des personnes qui vivent l’épreuve du deuil.

Une distinction s’impose en tout premier lieu. Là où les églises sont demeurées ouvertes, les familles endeuillées ont manifesté leur reconnaissance d’avoir été accueillies et ont tout à fait compris la restreinte en nombre d’assistants, parce qu’on leur permettait de se recueillir, d’écouter la Parole de Dieu. Elles pouvaient ainsi dire dignement, au revoir à leurs défunts, dans l’église et en présence d’un prêtre auquel elles avaient pu parler auparavant. Ce fut pour beaucoup une consolation d’autant plus grande qu’on les avait empêchées d’assister leurs proches dans leurs derniers moments, et pire, dans certains cas, on n’avait pas accédé à leur demande de prêtres pour les derniers sacrements. L’administration hospitalière ou le médecin s’étaient en effet opposés à l’entrée du ministre sacré dans l’établissement. Lire la Suite →

Les leçons d’une pandémie

J’ai voulu esquisser un début de réflexions sur ce sujet, lors de mon émission, le libre journal de lumière et d’espérance diffusée sur Radio Courtoisie, ce dernier dimanche de Pâques, 12 mars. Nous avons essayé, avec mes invités, de donner des informations et de faire un bilan des problèmes généraux posés par la crise sanitaire mondiale et la manière dont elle est gérée en France. Ce dont nous avons débattu me pousse à conserver ce titre pour vous parler, comme promis, des questions spirituelles et du changement actuel de certaines pratiques religieuses. Lire la Suite →

La mort gênante

J’avais annoncé dans mon dernier blog des explications sur la participation spirituelle aux grands actes liturgiques de l’Église, par le moyen de la radio, d’internet ou de la télévision. Je ne pourrai le faire que dans mon prochain blog.

Car, à mon grand regret et à ma grande tristesse, je me dois, en urgence, d’attirer l’attention sur deux faits extrêmement graves, bien significatifs du mépris dans lequel certaines personnes tiennent l’Église catholique en France.

Il s’agit des obstacles dressés devant des malades qui, dans nos hôpitaux, demandent l’assistance d’un prêtre, et des incitations plus ou moins subtiles faites auprès des familles pour organiser d’une manière très rapide les funérailles, surtout quand il s’agit de morts du coronavirus. Lire la Suite →

« Mourez ! Et nous ferons le reste »

C’est l’annonce publicitaire qu’avait choisie, il y a un peu plus de cinquante ans une entreprise de pompes funèbres américaine. Il semble que cette exhortation ait survécu, bien au-delà des entreprises officielles des pompes funèbres quand on réfléchit à ce qui arrive aux français et à d’autres peuples depuis quelques semaines.

Aussi le confinement auquel les circonstances que chacun connaît nous contraint ne doit pas nous empêcher de penser.

Il me semble qu’il faut en premier lieu relever les méfaits des attitudes excessives. Nous avons d’abord connu le déni, quand la maladie qualifiée de simple méchante grippe était limitée à la Chine et particulièrement à la ville de Wuhan. Je remarque simplement, sans en tirer aucune conclusion que la France a construit dans cette ville un laboratoire P4 accrédité depuis 2017 pour travailler sur le virus Ebola, puis plus tard sur le SRAS. Dans le discours qu’il adresse aux personnalités présentes dans cette ville pour la cérémonie d’accréditation du laboratoire, daté du 21 février 2017, sur papier en tête du Premier ministre de l’époque, je vois le nom de Yves Lévy PDG de l’INSERM (mari de Madame le Ministre de la Santé Agnès Buzyn). Lire la Suite →

« À mourir de honte »

« À mourir de honte » : c’est ainsi que je qualifie la conduite absolument scandaleuse du Service Funéraire de la Ville de Paris, dont j’ai été le témoin ce jeudi 19 mars 2020, dans le cadre de mon ministère de prêtre au service de la pastorale diocésaine de Paris pour les funérailles.

« À mourir de honte » : c’est le titre qui conviendrait au reportage vidéo tourné alors par une équipe du journal Le Parisien, publié sous le titre mensonger « Coronavirus : la tristesse des obsèques à huis clos », et qui s’est révélé être un petit bijou de propagande et de désinformation.

Que s’est-il donc passé ce jeudi 19 mars 2020, vers 15h, à la Basilique Notre Dame du Perpétuel Secours, 55 boulevard de Ménilmontant, Paris 11e ? Lire la Suite →