Le marché aux bébés ou la Paternité Machiavéliquement Abolie

Beaucoup de ceux à qui je m’adresse, par blog, ou sur les ondes de radio courtoisie, TV liberté, Radio Notre Dame ont reçu il y a quelques jours, comme moi même une invitation à manifester ce jour, contre la procréation médicalement assistée (PMA) qui serait désormais rendue possible pour toute femme qui le demande, quelle que soit sa situation familiale. Cela comprend donc des femmes célibataires ou des femmes vivant avec un conjoint du même sexe, ou encore une compagne. Je n’étonnerai personne en disant très fortement mon opposition absolue à ce projet pour deux motifs : il n’est pas raisonnable de s’attaquer ainsi aux droits sacrés qu’a tout enfant d’avoir un père homme, et une mère femme, et de posséder puis de connaître sa filiation. Il n’est pas raisonnable non plus et parfaitement contraire à la loi naturelle de donner à une femme la maternité alors qu’elle refuse de l’accomplir avec un homme et, élément tout aussi important d’en assumer toutes les conséquences avec lui pour élever l’enfant. Et je suis bien obligé de constater que cela s’inscrit dans une logique qui combine d’une manière diabolique la transgression de la loi naturelle et le mépris de la vie humaine. Notre société n’est pas novice en la matière. La pilule contraceptive, qui est aussi abortive dans toutes ses formes, a constitué un premier pas encore ignoré par beaucoup. La loi permettant l’avortement a suivi, ensuite nous avons eu le mariage pour tous. Maintenant nous avons la PMA, demain inévitablement la GPA (dire le contraire est se moquer du monde). Lire la Suite →

Publicités

Combattre ou disparaitre

Le repos des vacances peut être mis à profit pour une réflexion fructueuse sur les sujets importants – c’est justement ce qu’on appelle la « tête reposée ». Et parmi ceux-ci figure à mon sens la nature du pouvoir politique, et de là, la nature du pouvoir que nous pensons exercer sur nous-mêmes. C’est une réflexion que je conduis moi-même depuis fort longtemps, et dont je souhaite partager quelques résultats.

Ce sur quoi je voudrais attirer l’attention, ce qui est de nouveau en cause aujourd’hui, et d’une manière dramatique et urgente, c’est le respect de la vie et la dénonciation de la prétention humaine à s’en rendre seule maîtresse et seule juge. Ce totalitarisme barbare s’épanouit aujourd’hui grâce à trois situations créées par ses partisans : la fin des états nations, le retour en force d’un des moteurs les plus pernicieux de la philosophie des Lumières, qui est la foi aveugle dans le progrès, et, j’ai honte de le dire, la mollesse des Églises. Lire la Suite →

007

Ces trois chiffres, qu’on voit accolés au nom d’un célèbre héros de romans d’espionnage, portés de surcroît à l’écran, signifie que l’agent secret qui se les voit attribués, a le permis de tuer. On comprend qu’un tel pouvoir fasse fantasmer, surtout dans un pays qui a aboli la peine de mort et se livre à de longues et méticuleuses enquêtes sur des policiers, gendarmes ou militaires qui ont fait usage de leurs armes, se croyant agressés et de ce fait en situation de légitime défense. Ce pays, patrie des droits de l’homme, comme beaucoup de nos orateurs ou écrivains « patentés » aiment à le rappeler (en pensant à 1789, bien sûr !), la France serait donc ainsi la championne du respect de la vie, de la liberté, bref, de tous les bienfaits de la modernité issue des Lumières du XVIIIème siècle qui n’en finissent plus de nous éblouir. Le temps des vacances est propice, pour les dirigeants, à la réalisation de mauvais coups. Mon regretté père me disait qu’à cette période de l’année « la moitié de la France peut crever, l’autre moitié s’en fout. »

Ainsi, en ce mardi 2 juillet nous apprenons en même temps, que nos députés vont discuter et légiférer sur la vertu ou la nocivité des fessées et que le médecin responsable des soins de Vincent Lambert va arrêter de le nourrir et de l’hydrater suite à une décision de la Cour de Cassation. Lire la Suite →

Sous le signe d’Emmanuel

A paraître dans quinze jours mon prochain livre en deux volumes de poche aux éditions Via Romana : « Sous le signe d’Emmanuel ».

Tome I : « La chute de la Maison France (2012-2017) »

Tome II : Dans l’attente de l’aube (2017-2019)

Derrière ce titre ne se cache pas un mélange plus ou moins subtil d’exégèse biblique, d’occultisme astral, ou de politique fiction, mais une suite de réflexions que je me suis senti obligé de coucher par écrit depuis 2014. A partir de cette date en effet, j’ai tenu un blog, et j’ai cru utile de relever, entre autres, toutes les attaques dont notre civilisation judéo-chrétienne était l’objet, et l’Eglise catholique en particulier. Cette dernière a toujours gêné ceux qui voulaient réduire l’humanité en esclavage par des cultes idolâtres divers et variés. Ceux-ci s’incarnant dans les idéologies, le sexe, l’argent, le consumérisme et j’en passe… Et tous les moyens ont toujours été utilisés pour la discréditer. A la date à laquelle j’ai commencé à écrire, il ne faisait aucun doute qu’il fallait se préparer à de grands assauts. En fait, et pour être tout à fait clair, je serrais mon poing et mon stylo depuis 2012, et plus exactement depuis un certain mois de mai de cette année néfaste, et même fort mauvaise pour le vin de Bordeaux. A ce moment, le candidat François Hollande devint le président « normal » de notre République, élu essentiellement par ce que toutes les sensibilités politiques en présence comptaient d’anti-sarkozystes, en y ajoutant les lobbies voulant créer une civilisation anti-judéo-chrétienne, sans oublier ceux des électeurs qui préféraient des drapeaux étrangersà notre drapeau tricolore, comme on le vit place de la Bastille, le soir du triomphe. Lire la Suite →

Plus sacré que moi tu meurs

Cette prétention a préparé la révolution française du XVIIIe siècle, elle a produit ses horreurs en enfantant des systèmes de gouvernements par nature instables et sources de désordres. Pour les arrêter on eut recours à des pouvoirs autoritaires, voire à des dictatures. Tout cela est du passé me dira-t-on ! Ce n’est pas mon avis. Monsieur Mélenchon nous l’a fort opportunément rappelé lors de la récente perquisition faite dans ses locaux le 16 octobre 2018 : « ma personne est sacrée… ne me touchez pas…la république c’est moi… vous êtes des policiers républicains ? … Frappez-moi, savez-vous qui je suis ? ». Je comprends que ces propos puissent paraître surréalistes, et surtout très maladroits en fonction de l’image que cet homme politique veut donner de lui-même. Et de fait sur le plan de la communication, cela lui a nui. Mais dans la « logique » politique héritée de 1789, il avait parfaitement raison ! Et qu’on me comprenne bien, je ne prends pas parti sur le fond de l’affaire qui a motivé cette perquisition. Je veux faire réfléchir sur le fait qu’un homme cultivé, et habitué de la politique, certes en colère, mais il en a vu d’autres, ait pu dire cela. En fait, il a exprimé, sans prendre de gants et avec une sincérité totale ce qu’il pensait, et qui est partagé, plus ou moins consciemment, par beaucoup des « acteurs actifs » de la République, élus ou non élus. Et le trouble que cette affaire a jeté montre que la question du lien entre le sacré et le pouvoir est loin d’être réglée, et qu’elle ne concerne pas que le député Mélenchon. Lire la Suite →

Vœux pour l’an de grâce 2019

Puisque l’Église catholique vient de changer la traduction française d’une des demandes du Notre Père, changement qui ne m’enthousiasme guère car j’aurais préféré revenir au « ne nous laisse pas succomber à la tentation », je pense tout naturellement à cette belle prière pour, comme prêtre, vous adresser mes vœux pour l’année qui va commencer. Rassurez-vous, je ne vais pas proposer une nouvelle traduction pour une autre demande, mais simplement une pensée pour aider à l’efficacité du combat qu’est toujours la prière. Dans celle du Notre Père, après l’évocation de la tentation, Jésus dit « Mais délivre nous du Mal », et plus précisément du « Mauvais ».

Cette fin d’année 2018, particulièrement inquiétante, nous oblige pour cette dernière demande de la prière du Seigneur, sinon à dire à voix haute dans la liturgie, du moins à penser très fortement à ce que nous appelons mal, ou le Mauvais. Si depuis des siècles son origine demeure bien évidemment la même, sa manifestation principale varie selon les époques. Lire la Suite →

On a marché sur Noël

Tolérance alsacienne contre violence islamique, gilets jaunes et fin de partie pour notre régime

Les marchés de Noël renvoient à la grande fête de la nativité de Notre Seigneur, et aux festivités qui doivent l’entourer. Ils sont encore très nombreux malgré la déchristianisation de notre pays, celui de Strasbourg, aux pieds de sa superbe cathédrale étant un des plus anciens. C’est pourquoi l’attentat du 11 décembre frappant la capitale alsacienne constitue une attaque directe contre cette fête comptant comme une des plus importantes dans le christianisme, en même temps qu’une injure grave à nos règles de vie européennes dans ce qu’elles pensent encore avoir de remarquable. Je veux parler de la tolérance, fondée sur la liberté religieuse, réalité que notre belle province d’Alsace sût incarner très tôt. Et les terroristes le savaient bien, eux qui qui visaient ce marché depuis au moins l’an 2000. Ce crime a donc été commis avec préméditation. Quelques mots sur une des caractéristiques de l’Alsace.

Bien avant la création de l’actuel marché de Noël au XVIe siècle, les Alsaciens avaient l’habitude de préparer cette grande fête de la Nativité redonnant ainsi au temps liturgique de l’Avent tout son sens de la préparation de la venue du Sauveur. Lire la Suite →