4 thèses catholiques du Père Michel Viot, Maître en théologie destinées à montrer la perversité de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat

1 Séparer l’Etat de l’Eglise est une thèse absolument fausse et une très pernicieuse erreur. Basée, en effet, sur ce principe que l’Etat ne doit reconnaître aucun culte religieux, elle est tout d’abord très gravement injurieuse pour Dieu, car le créateur de l’homme est aussi le fondateur des sociétés humaines et il les conserve dans l’existence comme il nous soutient. Nous lui devons donc non seulement un culte privé, mais un culte public et social pour l’honorer.

2 Si en se séparant de l’Eglise, un État chrétien, quel qu’il soit, commet un acte éminemment funeste et blâmable, combien n’est-il pas à déplorer que la France se soit engagée dans cette voie, alors que, moins encore que toutes les autres nations, elle n’eût dû y entrer, pays dont la fortune et la gloire ont toujours été intimement unies à la pratique des mœurs chrétiennes et au respect de la religion. Lire la Suite →

Publicités

Parole de la semaine – 2e dimanche de l’Avent

Pour ce deuxième dimanche de l’Avent, l’Eglise nous invite à méditer sur le commencement de l’Evangile de Saint Marc 1 v 1-8. Ce passage nous exhorte à la pénitence en évoquant Jean Baptiste. Comment vivons-nous cet indispensable exercice spirituel dans un monde qui veut ignorer le péché, au sein de communautés chrétiennes souvent poreuses à ce genre d’idées ? L’omission du « Je confesse à Dieu » au début de la messe en est un signe parmi d’autres. Un Kyrie, même « habillé » de paroles prétendument de confession ne remplacera jamais un confiteor ! Voici la fin de mon homélie :

Je ne suis pas un idolâtre du ritualisme, mais je connais sa puissance d’enseignement. Tant que l’on ne voudra pas comprendre que la liturgie et la manière de la célébrer sont aussi importantes que l’homélie et conditionnent en très grand partie la valorisation du mystère eucharistique on n’encouragera pas à venir ou à revenir à la messe.

Certains lieux seront désertés au profit d’autres. Et ce sera juste.

Lire la Suite →

Belles têtes pour guillotine

C’est la réflexion que je me suis faite en découvrant cette belle photo de ces deux exemplaires de ceux que Léon Bloy nommait « les sycophantes de la Libre Pensée ». Réaction peu chrétienne pour un prêtre diront certains, ce qui est certes une façon de voir les choses. Mais qu’on permette à ma libre pensée de manifester un peu de logique et de se référer à l’histoire. Les allergiques aux croix, affichant leur aversion contre le Pape et coiffés comme ils l’étaient m’évoquaient irrésistiblement la révolution française et la Terreur ! L’un et l’autre auraient pu figurer parmi les porteurs et porteuses de piques, la dame faire partie des tricoteuses qui entouraient la guillotine. Mais l’un comme l’autre, compte tenu de leurs idées, auraient pu terminer leur vie sur la planche à bascule du « rasoir national » ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils professent l’athéisme et s’opposent quoiqu’ils en disent à la liberté des cultes. Lire la Suite →

Self-service au Vatican ???

Oui, il en existe un, très simple et très bon en matière de nourriture dans la maison Sainte Marthe. Mais, tout comme le Saint Père qui s’y restaure, en compagnie d’autres personnes, on n’y fait que choisir des plats et des boissons ! Rien n’est prévu pour les doctrines, les règles liturgiques, tout ce qui concerne la vie spirituelle de l’Eglise ! Dans ce domaine, on ne choisit pas. Et cela pour une raison très simple, la constitution hiérarchique de l’Eglise est de droit divin, fondée sur l’Ecriture Sainte et la Tradition. A la tête de cette Église se trouve le Successeur de Pierre, Vicaire du Christ, dont l’autorité spirituelle est supérieure aux conciles et infaillible dans son exercice de maintien de l’unité de la foi et de jugement sur les mœurs, telle que définie dans la Constitution dogmatique Pastor aeternus du Concile Vatican I (1870). Je ne veux pas entrer dans les discussions de « degré » d’autorité de la parole du Pape ! Qu’on me fasse la grâce, même si je suis un ancien luthérien, de m’accorder quelque connaissance entre la différence qu’il faut faire entre une réponse du Pape à un journaliste, une exhortation apostolique qui ne fait que résumer une suite de réunions qu’il a présidées, et une encyclique qui exprime sa pensée comme successeur de Pierre et qui engage le Magistère ! Lire la Suite →

En ce 30e dimanche du temps ordinaire, l’Eglise nous invite à méditer sur Matthieu 22, 34-40. La question posée à Jésus sur le grand commandement nous donne une réponse très actuelle sur ce qu’est un Dieu miséricordieux ! Sa reconnaissance a pour conséquence directe l’amour du prochain, considéré comme “semblable“ en importance à l’amour de Dieu ! Mais semblable ne veut pas dire identique. La rencontre miséricordieuse avec le prochain ne saurait remplacer la communion eucharistique, et d’une manière plus générale l’activisme chrétien, même charitable, la vie sacramentelle. Ces errements qui connurent un certain succès dans les années 1968, ne sont pas tout à fait éteints aujourd’hui… ! Voici la fin de l’homélie :

Il nous reste maintenant et en guise de conclusion à préciser la nature de la similitude entre les deux commandements du sommaire de la loi.

Lire la Suite →

Der Puff

On me pardonnera de commencer mon article par un mot allemand ! Il s’agit d’éviter que des esprits prudes, telle l’Arsinoé de Molière, arrêtent immédiatement leur lecture, de rappeler l’importance de l’amitié franco-allemande en Europe mais aussi de souligner l’utilisation qu’en a fait, en français certes, notre Président de la République au moment où nous commémorons les cinq cents ans de la Réforme luthérienne (31 octobre 1517).

Ce terme de « Puff » en effet avait été utilisé par Martin Luther pour commenter le célèbre passage de l’évangile selon Saint Matthieu (Matthieu 15, 21-28), qui relate l’obstination de la femme cananéenne devant l’impassibilité feinte de Jésus. La qualifiant « de jeu sérieux », Luther poursuit : « c’est un véritable bordel (Puff) pour la foi quand Dieu se montre autrement que quand il se laisse prêcher. Grâce et Évangile sont prêchés et maintenant il se montre comme un ennemi. Cela implique un grand art que de laisser Dieu être véridique. »[1] Lire la Suite →

Annonce offices – Saint Michel

Le vendredi 29 septembre 2017, je célébrerai les vêpres de la Saint Michel en l’église Saint Roch, 296 rue Saint Honoré 75001 Paris, à 17h45, suivies de la messe en l’honneur de l’Archange Protecteur de la France à 18h30. Comme au Sacré Coeur de Montmartre, le chœur grégorien de Paris participera à la direction de la liturgie. Nous pourrons nous retrouver ensuite dans les locaux de la paroisse pour un moment d’échange fraternel, comme nous avons pu le faire en juin à Montmartre ! Nous qui voulons nous placer sous la protection du Sacré Coeur de Jésus pour en faire bénéficier notre pays, ayons à coeur de célébrer la Saint Michel, force angélique suprême, garde particulière de la France, que sût percevoir Jeanne d’Arc, patronne secondaire de notre patrie après la Vierge Marie.