De la Chambre « trouvée » à La Chambre « haute »

Enfin se termine une aventure électorale dont il est bien difficile de faire aujourd’hui le bilan, tant elle a comporté d’épisodes assez inédits, sans forcément être complètement inattendus. Avec le recul l’histoire jugera, et avant elle certains de nos journalistes qui voudront jusqu’au bout presser le « fruit » dont le jus est censé avoir mis en valeur leur prétendu talent. Je pense, qu’avec les affaires, ils ont constitué les principaux parasites, les poux et lentes du corps de cette campagne !

Cela dit, pour ne pas être oublié dans l’avenir, un président a été légalement élu et dispose de la Chambre qu’il désirait forcément, compte tenu du régime présidentiel lié au temps d’un quinquennat correspondant au mandat des députés. Il a la majorité absolue ! Et pour moi c’est tant mieux ! D’abord il ne s’agit pas d’une Chambre « introuvable » au sens de celle qui fut imposée à Louis XVIII en 1815, au lendemain des cent jours et de Waterloo. Lire la Suite →

Parole de la semaine – Le Saint Sacrement : Corps et Sang du Christ

En affirmant « moi je suis le pain vivant qui est descendu du ciel », Jésus se proclame la manne nouvelle, manne nouvelle supérieure à l’ancienne si l’on suit bien l’ensemble de son propos. Et sur quoi porte la nouveauté ? Sur la puissance de vie produite par cette manne. Alors que les bénéficiaires de la première manne avec Moïse au désert n’ont vu que leur vie prolongée par elle et ont tout de même finalement connu la mort, ceux qui mangeront la manne nouvelle vivront pour l’éternité. « Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement » dit Jésus. Et tout notre passage nous explique en fait comment, en participant à l’Eucharistie, le chrétien fait entrer en lui la vie éternelle.

Et le vocabulaire employé par Jean est extrêmement fort et précis. Jésus dit en effet que le pain qu’il va donner c’est sa chair, son corps. Ensuite il ajoute « celui qui mange ma chair et boit mon sang. » Le verbe traduit ici par manger veut dire littéralement « mâcher », « croquer », ce qui insiste sur la nécessité de manger réellement. Lire la Suite →

La fin d’une grande inégalité : la mort accessible à tous !

Sous différents masques la grande « Faucheuse » va donc se voir ouvrir tous les champs. Terrorisme est le mot générique qui les englobe. Son principe constitue l’essentiel de sa force destructrice, parce qu’il implique toujours, sur tous les terrains, un camouflage soigné.

Commençons par le terrorisme islamique qui vient une nouvelle fois de frapper le Royaume-Uni. Mais, rassurez-vous, si j’ose dire, le « Brexit » ne l’empêchera pas de frapper de nouveau en France ! Et ailleurs ! Je ne mets nullement en cause la valeur des différents services qui mettent tous leurs moyens en œuvre contre cette criminalité particulièrement barbare. Mais ils ne pourront le faire efficacement tant que leurs propres chefs, c’est-à-dire les autorités politiques, n’auront pas apporté les bonnes réponses à deux questions fondamentales.

La première : les commanditaires de ces crimes sont-ils véritablement considérés comme des ennemis ? Dans les discours officiels, oui ! Mais dans les actes ? Lire la Suite →

Parole de la semaine – Dimanche de la Pentecôte

Dans l’évangile selon saint Jean la pentecôte nous est apparemment décrite dans un climat de peur. Les portes sont verrouillées sur cette réunion des apôtres car c’est d’eux qu’il s’agit, si on lit tout le chapitre 20. Le verset qui suit notre passage (24) nous dit en effet « cependant Thomas l’un des douze, celui qu’on appelle Didyme, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint ». Ce qui en bonne logique signifie que Jésus n’est apparu qu’aux douze, ou plutôt ce qui en restait parce que Judas était mort et que Thomas était absent.

Cette mise au point constitue plus qu’un détail, les grâces accordées par la suite ne concerneront donc que les apôtres et leurs successeurs.

Ces portes verrouillées, j’y reviens, ont certes pour but de les défendre contre les juifs ennemis de Jésus nous dit le texte, mais aussi d’assurer par la même leur tranquillité. Lire la Suite →

Parution de « La Laïcité, mère porteuse de l’islam ? »

Mon dernier livre, La Laïcité, mère porteuse de l’islam ? est paru cette semaine. Il a été coécrit avec Odon Lafontaine (auteur du Grand secret de l’islam), préfacé par Rémi Brague, de l’Institut et édité par les Editions Saint Léger – Les Unpertinents.

En voici une courte présentation, ci-dessous (à télécharger ici).

N’hésitez pas à consulter la page Facebook du livre pour vous tenir au courant de son actualité, réécouter et revoir les émissions et conférences que je donnerai avec mon co-auteur : www.facebook.com/lalaicitemereporteusedelislam/

En ces temps de grande confusion, alors que le sujet essentiel des rapports entre islam et société française est soigneusement évité dans le tour pris par le débat public, ou n’est abordé qu’en surface, voici une analyse originale du sujet : comparer les fondements et les déploiements des espérances et projets politiques nés de l’islam d’une part et nés des Lumières d’autre part, elles qui, depuis deux siècles, façonnent la France, l’Occident et jusqu’au monde entier. Lire la Suite →

« Il y a un moment pour tout, et un temps pour chaque chose sous le ciel. » (Ecclésiaste 3 v 1)

Et je complèterai par le 7e verset du même chapitre « un temps pour déchirer, un temps pour coudre ». On prête à Catherine de Médicis cette parole à son fils Henri III après qu’il avait fait exécuter le duc de Guise : « Bien taillé mon fils, maintenant il faut coudre ! ». Dieu merci, pendant cette campagne électorale, on n’a tué personne, du moins physiquement ! Mais dans mon dernier blog, je parlais du goût de cendres de la campagne électorale d’avant le premier tour, et je persiste, après avoir observé entre les deux tours la neutralité justement requise par le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France.

Aujourd’hui un président est élu et investi. Le devoir de tout français est de respecter sa fonction, et celui particulier de tout catholique de prier pour lui. Ainsi le recommandait Saint Paul à son disciple Timothée : « Je recommande donc, avant tout, que l’on fasse des demandes, des prières, des supplications, des actions de grâce, pour tous les hommes, pour les rois et tous ceux qui détiennent l’autorité, afin que nous menions une vie calme et paisible en toute piété et dignité. » (I Tim 2 v 1 et 2). Après donc avoir, beaucoup « déchiré », beaucoup « taillé », jusqu’à laisser ce « goût de cendres », voici le temps pour tous les acteurs de la vie politique en France de « coudre », réunir, apaiser, tout en agissant ! Lire la Suite →

Parole de la semaine – 6e dimanche de Pâques

Pour ce 6e dimanche après Pâques, l’Eglise nous invite à méditer sur Jean 14, 15-21. Après son départ, le Christ promet d’envoyer à ses apôtres l’Esprit de vérité. Un tel don vaudra pour toute l’Eglise, donc pour tous les chrétiens et par voie de conséquences aussi pour tous les hommes au milieu desquels ils témoigneront. Voici la dernière partie de l’homélie :

Nous devrions donc tirer plus que nous le faisons les conséquences pratiques d’un tel texte. En premier lieu expliquer aux fidèles que la hiérarchie dans l’Eglise n’est pas une invention de l’Empereur Constantin ou encore un alignement sur les structures de la féodalité. Ces « perles » post conciliaires, mais n’ayant aucun lien avec Vatican II, trainent encore non pas seulement à cause de l’extrémisme de vieux fantômes, mais aussi à cause de leur disciples, pas très jeunes, mais encore suffisamment toxiques pour former de véritables « soviets » à la tête des paroisses, entretenant une sorte de lutte des classes opposant prêtres et laïcs, au nom de l’esprit de Vatican II. Le progrès est qu’ils parlent d’esprit, car Jean-Paul II et Benoit XVI ont fait en sorte qu’ils soient maintenant dans l’impossibilité d’invoquer les textes sauf à les découper, et qu’en outre ils en soient réduits à une sorte de spiritisme, faisant tourner quelques vieux guéridons des années 70 pour invoquer l’esprit du Concile ! Lire la Suite →