La Franche-Niaiserie Universelle, obédience mixte interreligieuse et multiculturelle

Au moment où les francs-maçons de différentes obédiences célèbrent les 300 ans de la fondation de la Grande Loge de Londres en 1717, je m’étonne que les milieux catholiques, d’habitude si friands de ces « diableries », ne disent mot de cette obédience mixte interreligieuse et multiculturelle qu’est la Franche-Niaiserie Universelle, pourtant bien active dans notre pays en particulier. Il est vrai que sa date de fondation est discutée et incertaine. Je n’entrerai donc pas dans cette polémique.

Pourquoi alors en parler aujourd’hui, alors que, contrairement à la maçonnerie qui se réclame de 1717, elle n’a jamais fait l’objet d’aucune condamnation du Magistère romain, que de nombreux catholiques, hommes et femmes, laïcs et clercs, en font partie et, mieux encore, son journal qui s’appelle « Le Gibet » est envoyé dans pratiquement toutes les paroisses ? Il soutient la doctrine catholique comme la corde le fait avec le pendu ! L’actuelle Grande Maîtresse serait très connue de notre « bonne presse » pour avoir écrit sous pseudonyme les réflexions d’un prêtre, et sous son nom un livre intitulé, je cite de mémoire, Les deux pieds, les deux mains dans le baptistère, le tout ayant eu un fort succès grâce à l’aide des « Chevaliers du Grand Bayard », haut grade de cette société secrète ! Lire la Suite →

Publicités

Parole de la semaine – 24e dimanche du temps ordinaire

Pour ce 24e dimanche du temps ordinaire, l’Eglise nous invite à méditer sur Matthieu 18, 21-35. Comme dimanche dernier Il y est question du pardon. A partir d’une question de Pierre, Jésus ordonne à ses disciples de toujours pardonner et illustre son propos par la célèbre parabole du serviteur impitoyable. Tout le texte vise le comportement du croyant comme personne privée et non les structures de la société. Cette dernière doit en effet par sa police et sa justice user de la force contre les « méchants » , et cela contribue d’ailleurs à aider au pardon ceux qui ont été leurs victimes. Mais l’essentiel, pour tous, pécheurs honnêtes ou scandaleux, c’est d’avoir conscience qu’ils ne pourront jamais rembourser leur dette envers Dieu, ce que ne comprend pas le serviteur de la parabole. Voici la conclusion de l’homélie :

Et la parabole va illustrer par le même procédé d’exagération, mode oriental d’enseignement je l’ai déjà dit, mais qui ici dépasse la manière pédagogique pour exprimer ce qui est au centre même du mystère du salut : l’immense miséricorde de Dieu mise en lumière par l’énormité du péché de l’homme, montrant ainsi d’une manière ô combien magistrale qu’on ne peut pas parler de l’un sans l’autre. Lire la Suite →

« Mort à crédit »

Ce titre d’un roman de Céline s’impose de plus en plus à mon esprit quand je réfléchis au comportement de la plupart des européens et de leurs « clercs » (comme le comprenait Benda dans son livre de 1927, La trahison des clercs) devant le péril que leur fait courir l’islam. Ce livre paru en 1936, et qui fit scandale, faisait suite à Voyage au bout de la nuit qui en 1932 connut un immense succès. Ce ne fut pas le cas de Mort à crédit, qui bien que n’étant pas la suite du premier en constituait pourtant la clé d’interprétation. Les personnages sont à peu près tous de pauvres minables, s’étourdissant dans une vie médiocre pleine de ces illusions euphorisantes que distille toujours un temps qui semble faire crédit. Mais au bout du chemin, et quelquefois même en son cours, on trouve la mort ! Et chez Céline, elle n’apparaît jamais parée, son surgissement relève soit du sordide, soit du suicide ou de l’assassinat. En attendant, les protagonistes paient les intérêts du crédit que la mort offre généreusement aux sots qui sont ses clients… et ils sont légion !

Ce n’est pas la première fois depuis maintenant plusieurs années que l’Europe se trouve confrontée à une puissance de mort qui offre largement son crédit. L’exemple de ce qui n’était pas encore la France, mais la Gaule à la fin de l’empire romain est à cet égard bien parlant ! Quand on y fut forcé d’accueillir ces migrants qu’étaient les barbares, païens ou ariens (chrétiens hérétiques niant la divinité du Christ) les religieux chrétiens n’ouvrirent pas à leur intention des centres de formation païens pour leur vanter les charmes de Wotan ou les délices du Walhalla. Lire la Suite →

Parole de la semaine – 22e dimanche du temps ordinaire

Pour ce 22e dimanche du temps ordinaire, l’Eglise nous invite à méditer sur Matthieu 16, 21-27 qui font suite à la célèbre confession de Pierre et à la non moins célèbre promesse de Jésus : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise… ». Et voilà qu’ensuite, ce grand apôtre se fait traiter de Satan ! Pourquoi ? Tout simplement parce que n’admettant pas la passion et ce qui devait suivre, il n’envisage la glorification de son Maître que selon les critères de ce monde, il refuse le mystère de la croix. De fait, la croix comme supplice est un échec cuisant et infamant, tant pour les romains que pour les juifs ! Maudit est celui qui est pendu au bois ! Mais dans le cas de Jésus, c’est une apparence ! C’est « l’hameçon » auquel le diable, Satan justement se fera prendre, et à sa suite tous ceux qui demeurerons volontairement ou non des aveugles devant la Lumière du Christ. Réfléchissons à tout le mal qu’ont produit ceux qui ont trahi la refondation chrétienne de l’Europe au moment où il s’agissait de la reconstruire. Le « arrière de moi Satan » est aussi pour eux :

Regardez le chemin parcouru entre un des grands moments fondateur de la reconstruction de l’Union Européenne, le traité d’amitié Franco-Allemand signé par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer. Cette réconciliation fut scellée par une messe à la cathédrale de Reims où les deux chefs politiques prièrent. Et voyons où nous en sommes aujourd’hui depuis que d’autres chefs d’Etat ont poussé l’Europe à apostasier en refusant de reconnaître ses origines chrétiennes. Lire la Suite →

Le seuil de tolérance

Combien de victimes devra encore faire le terrorisme islamiste pour qu’on se décide à lui faire une guerre totale, à savoir dénoncer ses causes religieuses et politiques et utiliser les moyens appropriés pour l’anéantir ?

Qu’on me comprenne bien ! Je ne vise pas la police et l’armée qui donnent le maximum de leurs forces, ni les services de renseignements ou autres entités agissant sur le terrain. Je pense aux hauts responsables de la vie politique et intellectuelle de notre pays. Ce qui n’exclut pas d’autres endroits. Nous pouvons dire : « Bienvenue au club ! » aux espagnols (qui s’y trouvent depuis 2004 avec 191 morts et près de 2000 blessés) et aux finlandais, après nos amis anglais et allemands. Vont-ils accepter, comme nous en France, la dictature de la pensée unique symbolisée par les deux B, « le bâillon et le bandeau », avatars contemporains de la faucille et du marteau ! Le mur de Berlin est certes tombé, entraînant dans sa chute le totalitarisme communiste ! La liberté a-t-elle pour autant progressé ? Je ne le crois pas ! Ainsi voit-on en France, comme à l’étranger, poindre des mouvements politiques qui veulent ressusciter les mêmes erreurs avec des projets socio-économiques démagogiques, et, pour le sujet qui nous occupe, le terrorisme, on se refuse de prendre l’exacte mesure du risque totalitaire que nous fait courir l’islam. Lire la Suite →

Parole de la semaine – 20e dimanche du temps ordinaire

Pour ce 20ème dimanche du temps ordinaire, l’Eglise nous invite à méditer sur trois textes qui traitent du problème de l’évangélisation des juifs et des païens. Le premier texte, Isaïe 56, 1-7, évoque la venue des païens au vrai Dieu. On remarquera que ces étrangers qui viennent vers la Maison du Seigneur doivent se conformer aux coutumes du pays… ! L’Evangile nous rapporte le célèbre épisode de la rencontre de Jésus et de la femme cananéenne (Matthieu 15, 21-28). Demandant la guérison de sa fille, elle se heurte d’abord au silence du Christ. Voici la fin de l’homélie :

Mais Dieu agit toujours après le silence. Pensons au grand silence d’avant la création dans la tradition juive. Après le silence de Jésus la femme se heurte à deux paroles. La première est une déclaration dont elle devrait logiquement déduire que Jésus ne peut rien pour elle puisqu’elle ne fait pas partie des brebis de la maison d’Israël. Elle pourrait donc s’en aller sur ce simple constat d’incompatibilité. Ce serait sans risque personnel pour elle, sinon pour sa demande pour sa fille, mais commode en tout cas pour tout les autres. Lire la Suite →

« Le sang des martyrs est semence de chrétiens » (Tertullien, Père de l’Eglise 165-225)

Cette phrase célèbre avait été rappelée il y a un an dès l’assassinat du Père Jacques Hamel, à la fois comme juste constat de l’émotion soulevée, et aussi pour susciter des polémiques visant la manière dont les autorités ecclésiastiques et civiles de notre pays remplissaient leur devoir. Comme toujours en de pareilles circonstances, le pire côtoie le meilleur en matière d’écrits. Il ne faut donc pas s’étonner qu’un an après, le phénomène se répète. Je ne sais comment on classera les lignes qui suivent ! Mais peu m’importe, parce que l’essentiel a été dit ce 26 juillet dernier, et que mon propos ne vise pas à rajouter quoi que ce soit à ce que les voix officielles qui m’intéressent ont fait entendre. Je souhaite simplement en montrer la pertinence, simplement parce que ceux qui auraient dû le faire ne l’ont pas fait, soit par débilité intellectuelle ou « suivisme » idéologique, ou pire, se sont crus autorisés à en rajouter , comme s’il y avait eu manquement. Lire la Suite →