Thermidor (19 juillet-17 août de l’ère vulgaire), ou la continuité du terrorisme républicain

Ce sont les journées des 8, 9 et 10 thermidor an II de la République qui ont vu le sinistre Robespierre et sa terreur démasqués dans son temple, la Convention nationale, par la logique même de la terreur républicaine (26,27 et 28 juillet 1794 de l’ère vulgaire). Ce sont les journées des 9, 10 et 11 thermidor an 228 de la République (27,28 et 29 juillet 2020 de l’ère vulgaire) qui ont poursuivi la marche en avant de l’élaboration de lois de destruction de l’humanité de l’homme, dans ce nouveau temple républicain qu’est l’Assemblée nationale, digne héritière de la Convention, l’assiduité des députés en moins. Et toujours par la logique de cette même terreur républicaine. En l’an II, la salle était pleine ou presque, en l’an 228, à moitié vide. Il est vrai que de nos jours, on n’y risque plus sa tête et que l’on peut bénéficier d’autres mondanités, peut-être moins compromettantes… L’avenir le dira !

Thermidor, nom poétique donné par Fabre d’Eglantine à l’un des mois d’été, le mois des chaleurs. Elles étaient présentes dans tous les esprits en l’an II, et le sont encore dans quelques discours en l’an 228. Mais en l’an II comme en 228, c’est toujours la terreur qui triomphe. En l’an II, on la fit changer de camp. Aujourd’hui on sait la maintenir là où elle fait effet, c’est à dire un peu partout. On n’arrête pas le progrès ! Lire la Suite →

L’injure faite à Marie

Au moment où se déroulent en France de nombreux pèlerinages en l’honneur de la Vierge Marie (je pense au M de Marie qui a commencé le 1er mai avec le départ de deux cortèges de Lourdes et de la Salette, le premier passant par Pontmain, le second par Paris, pour rejoindre Pellevoisin, traçant ainsi le M sur la France), en ces temps qui vont devenir de plus en plus difficiles pour les Français et qui vont pousser les catholiques, et aussi d’autres chrétiens à se tourner vers la Mère de Dieu, Reine de France par la décision du Roi Louis XIII et sa Patronne principale de par la volonté du Pape Pie XI, je ne puis m’empêcher d’exprimer ma tristesse en pensant au tort extrêmement grave fait à la piété mariale dans la nouvelle traduction du missel en langue française qu’on devrait nous proposer sous peu.

Déjà, dans le texte sorti en 1969, j’avais été surpris qu’on ait omis de traduire complètement le texte latin de Paul VI, et je me limite au cas du confiteor ainsi qu’à la personne de la Vierge Marie. Le Pape Paul VI proclamé Saint depuis le 14 octobre 2018 avait écrit en effet en latin « c’est pourquoi je supplie la Bienheureuse Marie toujours vierge… ». Lire la Suite →

« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, au Conseil d’Etat, ils seront apaisés. » (Évangile apocryphe)

Dans La Croix de ce mercredi 20 mai, le Père Dominique Greiner écrit un éditorial extrêmement dangereux dont, j’espère pour lui, qu’il n’a pas mesuré toutes les conséquences nuisibles. Suivant les méthodes journalistiques de ce monde, il commence déjà par son titre et les deux tiers de son propos, à venir au secours de la victoire, celle du triomphe en France du droit à la liberté de culte. Car n’en déplaise à certains, cette liberté est chère à une très grande majorité de catholiques, comme à l’ensemble des citoyens français. Elle signifie en réalité pour tous, la liberté de croire ou de ne pas croire, le libre choix entre la pratique religieuse et la non pratique. L’éditorialiste peut donc, sans craindre de perdre des lecteurs, aller dans le sens du vent majoritaire qui souffle aujourd’hui, fidèle d’ailleurs en cela à la tradition commerciale de son journal, qui lors de l’affaire Dreyfus, à partir de 1898, revendiqua le titre de journal « le plus antisémite de France », entraînant la grande majorité des catholiques dans le camps des anti dreyfusards. Ce fut une des causes de la séparation des églises et de l’Etat en 1905. Lire la Suite →

Les leçons d’une pandémie

J’ai voulu esquisser un début de réflexions sur ce sujet, lors de mon émission, le libre journal de lumière et d’espérance diffusée sur Radio Courtoisie, ce dernier dimanche de Pâques, 12 mars. Nous avons essayé, avec mes invités, de donner des informations et de faire un bilan des problèmes généraux posés par la crise sanitaire mondiale et la manière dont elle est gérée en France. Ce dont nous avons débattu me pousse à conserver ce titre pour vous parler, comme promis, des questions spirituelles et du changement actuel de certaines pratiques religieuses. Lire la Suite →

La colère de Dieu se révèle du haut du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes (Ro1,18)

J’ai commencé ce temps de Carême par un jeûne de blogs !

Je le poursuis, en ces temps d’épreuves par des références à des textes anciens ou récents, choisis pour leur vigueur, qui peut avoir quelque utilité, pour ceux qui, aujourd’hui, veulent témoigner de leur foi chrétienne, à temps et à contretemps, et ont à cœur de ne pas mourir idiots !

Pour aujourd’hui, des extraits de « l’Exhortation à la prière contre le Turc » de Martin Luther (1541) et le communiqué de Monseigneur Michel Aupetit, archevêque de Paris sur le projet de loi bioéthique (15 janvier 2020).

Avant de recommander quoique ce soit, Luther, en partant d’un verset de Saint Paul, « Le Nom de Dieu est blasphémé, à cause de vous, parmi les nations » (Ro2,24), décrit l’état de péché de son peuple : Lire la Suite →

Faux Témoignage Chrétien

Avant de reproduire le dernier méfait de ce journal qui se prétend chrétien, je crois juste de publier la vérité qu’il prétend contredire au point de la qualifier de mensonge comme nous le verrons. Je cite simplement ZENIT qui reproduit le 14 janvier 2020 le démenti formel de Monseigneur Gänswein, secrétaire du Pape émérite et porte-parole de la Maison Pontificale, donc du Pape François.

« Le Pape émérite, précise Mgr Gänswein à l’agence autrichienne Kathpress, a demandé que l’éditeur (Fayard) supprime son nom et sa photo de la couverture du livre et que sa signature soit enlevée également de l’introduction et des conclusions, auxquelles il n’a « pas collaboré ». En revanche, le texte contenu dans l’ouvrage est de lui. Il a été écrit à l’été 2019 – avant le synode sur l’Amazonie qui a soulevé la question de l’ordination d’hommes mariés – et mis à la disposition du Cardinal Sarah.

Ainsi le Pape émérite « savait que le texte devait apparaître dans un livre » sans en connaître le programme éditorial et sans signer aucun droit avec Fayard. Pour Mgr Gänswein, il s’agit d’un malentendu « sans remettre en cause la bonne foi du Cardinal Sarah ». Pour toute personne de bonne foi, et ayant de plus l’habitude de l’édition, l’affaire est simple. L’éditeur est en fait représenté, pour la circonstance par Nicolas Diat qui interroge d’habitude le Cardinal Sarah et édite avec lui, il a sa confiance et celle du Pape émérite. Lire la Suite →

« Tu es Pierre et sur cette pierre, je détruirai mon Église ». Extrait d’un pseudo évangile selon saint Matthieu chapitre 16, v. 18.

Tel l’hérétique Marcion, qui avait établi sa version personnelle du sermon sur la montagne – « Ne croyez pas que je sois venu pour accomplir la Loi et les Prophètes, je ne suis pas venu pour accomplir, mais pour abolir ! » -, il semble bien que des personnes se disant catholiques aient trouvé cette version jusqu’à présent inconnue du verset 18 du chapitre 16 de l’Évangile selon saint Matthieu : « Tu es Pierre et sur cette pierre, je détruirai mon Église ». Tout se passe comme si, en tout cas. Et depuis l’élection du Pape François, ce phénomène a pris de l’ampleur. Mais il existait au moins depuis l’avènement de Paul VI, qui a vu pousser l’ivraie du sédévacantisme, croyance en la vacance du trône papal, du fait de l’hérésie manifeste de ses titulaires.

On notera, et j’y reviendrai, le titre du premier ouvrage sédévacantiste : La Nouvelle Église montinienne du père jésuite mexicain Joaquin Saenz y Arriaga paru en 1971. Lire la Suite →

Les jeux du foulard

Cette « distraction » de certains jeunes enfants, et même adolescents, avait cours dans les années 2000. Il sagissait ni plus ni moins que de frôler la mort par asphyxie, en s’étranglant, voire en s’étouffant avec laide dun foulard serré autour du cou. On avait paraît-il des visions, on se défiait les uns les autres, on jouait à se faire peur en sapprochant le plus près possible de la mort. Mais voilà, la mort aime être prise au sérieux, elle ne se laisse pas approcher comme une bête sauvage enfermée dans une cage. La porte peut brusquement souvrir et aspirer limpertinent curieux !

En 2009, ce jeu fit officiellement 12 morts. Aussi le député Philippe Goujon put-il faire voter à lunanimité par lAssemblée nationale une loi punissant de trois ans de prison et de 75 000 € damendes les sites Internet ou autres organismes faisant la promotion de ce jeu (voir le journal Le Parisien du 12/02/2010). À ma connaissance, ce fut dissuasif.

Mais voici quun autre foulard a réapparu depuis, associé à dautres symboles, liés à un mouvement global, composé dune association terroriste internationale quon appelle l’État Islamique, le califat ou encore DAESH, et de ceux qui sy affilient ou lui font allégeance. Ils tuent des soldats français, ils commettent des attentats visant des civils sur notre sol et dans dautres pays dEurope qui ont provoqué de nombreuses morts ainsi que de graves blessures. Ceux et celles qui portent et revendiquent les mêmes symboles que ceux de ce mouvement ne peuvent donc apparaître que comme suspects dans un pays quil attaque régulièrement. Lire la Suite →

Battre le pavé et battre le tambour

Je restitue, telles que nous les a transmises le journal Le Monde, quelques déclarations de nos autorités ecclésiastiques prononcées lors de la conférence organisée par la Conférence des évêques de France ce lundi 16 septembre dernier.

Mgr Éric de Moulins-Beaufort, Archevêque de Reims et président de la CEF : « Nous devons constater que nos responsables politiques restent aveugles aux enjeux de ce qu’ils vont décider. » et qu’ils ne « tiennent pas vraiment compte du résultat des états généraux de la bioéthique » (qui ont précédé le vote de la loi).

Mgr Michel Aupetit, Archevêque de Paris : « Nous sommes dans l’ère du professeur Nimbus et des savants fous ». Il avait ajouté « le principe de précaution ne s’applique pas. C’est pour le moins étonnant » (ce principe figure en effet dans le préambule de la Constitution de la cinquième république, entré en vigueur le 1er mars 2005, article 5 de la charte de l’environnement).

Mgr Pierre d’Ornellas Archevêque de Rennes et spécialiste de la bioéthique à la CEF : « Une telle révolution dans le droit de la filiation est-elle voulue par le peuple français ? » Lire la Suite →

Combattre ou disparaitre

Le repos des vacances peut être mis à profit pour une réflexion fructueuse sur les sujets importants – c’est justement ce qu’on appelle la « tête reposée ». Et parmi ceux-ci figure à mon sens la nature du pouvoir politique, et de là, la nature du pouvoir que nous pensons exercer sur nous-mêmes. C’est une réflexion que je conduis moi-même depuis fort longtemps, et dont je souhaite partager quelques résultats.

Ce sur quoi je voudrais attirer l’attention, ce qui est de nouveau en cause aujourd’hui, et d’une manière dramatique et urgente, c’est le respect de la vie et la dénonciation de la prétention humaine à s’en rendre seule maîtresse et seule juge. Ce totalitarisme barbare s’épanouit aujourd’hui grâce à trois situations créées par ses partisans : la fin des états nations, le retour en force d’un des moteurs les plus pernicieux de la philosophie des Lumières, qui est la foi aveugle dans le progrès, et, j’ai honte de le dire, la mollesse des Églises. Lire la Suite →