Annonce offices – Saint Michel

Le vendredi 29 septembre 2017, je célébrerai les vêpres de la Saint Michel en l’église Saint Roch, 296 rue Saint Honoré 75001 Paris, à 17h45, suivies de la messe en l’honneur de l’Archange Protecteur de la France à 18h30. Comme au Sacré Coeur de Montmartre, le chœur grégorien de Paris participera à la direction de la liturgie. Nous pourrons nous retrouver ensuite dans les locaux de la paroisse pour un moment d’échange fraternel, comme nous avons pu le faire en juin à Montmartre ! Nous qui voulons nous placer sous la protection du Sacré Coeur de Jésus pour en faire bénéficier notre pays, ayons à coeur de célébrer la Saint Michel, force angélique suprême, garde particulière de la France, que sût percevoir Jeanne d’Arc, patronne secondaire de notre patrie après la Vierge Marie.

Publicités

La Franche-Niaiserie Universelle, obédience mixte interreligieuse et multiculturelle

Au moment où les francs-maçons de différentes obédiences célèbrent les 300 ans de la fondation de la Grande Loge de Londres en 1717, je m’étonne que les milieux catholiques, d’habitude si friands de ces « diableries », ne disent mot de cette obédience mixte interreligieuse et multiculturelle qu’est la Franche-Niaiserie Universelle, pourtant bien active dans notre pays en particulier. Il est vrai que sa date de fondation est discutée et incertaine. Je n’entrerai donc pas dans cette polémique.

Pourquoi alors en parler aujourd’hui, alors que, contrairement à la maçonnerie qui se réclame de 1717, elle n’a jamais fait l’objet d’aucune condamnation du Magistère romain, que de nombreux catholiques, hommes et femmes, laïcs et clercs, en font partie et, mieux encore, son journal qui s’appelle « Le Gibet » est envoyé dans pratiquement toutes les paroisses ? Il soutient la doctrine catholique comme la corde le fait avec le pendu ! L’actuelle Grande Maîtresse serait très connue de notre « bonne presse » pour avoir écrit sous pseudonyme les réflexions d’un prêtre, et sous son nom un livre intitulé, je cite de mémoire, Les deux pieds, les deux mains dans le baptistère, le tout ayant eu un fort succès grâce à l’aide des « Chevaliers du Grand Bayard », haut grade de cette société secrète ! Lire la Suite →

« Mort à crédit »

Ce titre d’un roman de Céline s’impose de plus en plus à mon esprit quand je réfléchis au comportement de la plupart des européens et de leurs « clercs » (comme le comprenait Benda dans son livre de 1927, La trahison des clercs) devant le péril que leur fait courir l’islam. Ce livre paru en 1936, et qui fit scandale, faisait suite à Voyage au bout de la nuit qui en 1932 connut un immense succès. Ce ne fut pas le cas de Mort à crédit, qui bien que n’étant pas la suite du premier en constituait pourtant la clé d’interprétation. Les personnages sont à peu près tous de pauvres minables, s’étourdissant dans une vie médiocre pleine de ces illusions euphorisantes que distille toujours un temps qui semble faire crédit. Mais au bout du chemin, et quelquefois même en son cours, on trouve la mort ! Et chez Céline, elle n’apparaît jamais parée, son surgissement relève soit du sordide, soit du suicide ou de l’assassinat. En attendant, les protagonistes paient les intérêts du crédit que la mort offre généreusement aux sots qui sont ses clients… et ils sont légion !

Ce n’est pas la première fois depuis maintenant plusieurs années que l’Europe se trouve confrontée à une puissance de mort qui offre largement son crédit. L’exemple de ce qui n’était pas encore la France, mais la Gaule à la fin de l’empire romain est à cet égard bien parlant ! Quand on y fut forcé d’accueillir ces migrants qu’étaient les barbares, païens ou ariens (chrétiens hérétiques niant la divinité du Christ) les religieux chrétiens n’ouvrirent pas à leur intention des centres de formation païens pour leur vanter les charmes de Wotan ou les délices du Walhalla. Lire la Suite →

« Le sang des martyrs est semence de chrétiens » (Tertullien, Père de l’Eglise 165-225)

Cette phrase célèbre avait été rappelée il y a un an dès l’assassinat du Père Jacques Hamel, à la fois comme juste constat de l’émotion soulevée, et aussi pour susciter des polémiques visant la manière dont les autorités ecclésiastiques et civiles de notre pays remplissaient leur devoir. Comme toujours en de pareilles circonstances, le pire côtoie le meilleur en matière d’écrits. Il ne faut donc pas s’étonner qu’un an après, le phénomène se répète. Je ne sais comment on classera les lignes qui suivent ! Mais peu m’importe, parce que l’essentiel a été dit ce 26 juillet dernier, et que mon propos ne vise pas à rajouter quoi que ce soit à ce que les voix officielles qui m’intéressent ont fait entendre. Je souhaite simplement en montrer la pertinence, simplement parce que ceux qui auraient dû le faire ne l’ont pas fait, soit par débilité intellectuelle ou « suivisme » idéologique, ou pire, se sont crus autorisés à en rajouter , comme s’il y avait eu manquement. Lire la Suite →

Parution de « La Laïcité, mère porteuse de l’islam ? »

Mon dernier livre, La Laïcité, mère porteuse de l’islam ? est paru cette semaine. Il a été coécrit avec Odon Lafontaine (auteur du Grand secret de l’islam), préfacé par Rémi Brague, de l’Institut et édité par les Editions Saint Léger – Les Unpertinents.

En voici une courte présentation, ci-dessous (à télécharger ici).

N’hésitez pas à consulter la page Facebook du livre pour vous tenir au courant de son actualité, réécouter et revoir les émissions et conférences que je donnerai avec mon co-auteur : www.facebook.com/lalaicitemereporteusedelislam/

En ces temps de grande confusion, alors que le sujet essentiel des rapports entre islam et société française est soigneusement évité dans le tour pris par le débat public, ou n’est abordé qu’en surface, voici une analyse originale du sujet : comparer les fondements et les déploiements des espérances et projets politiques nés de l’islam d’une part et nés des Lumières d’autre part, elles qui, depuis deux siècles, façonnent la France, l’Occident et jusqu’au monde entier. Lire la Suite →

La Laïcité, mère porteuse de l’islam ?

C’est le titre du prochain livre que je co-signe avec Odon Lafontaine, aux éditions Saint Léger. Nous y explorons les fondements et les déploiements des espérances et projets politiques nés de l’islam et nés des Lumières : qu’est ce qui anime réellement leurs tenants ? Quelles ont été les influences que les uns ont pu exercer sur les autres jusqu’à la situation actuelle ? Cet éclairage nous a semblé plus que nécessaire en ces temps de grande confusion, alors même que la pitoyable campagne présidentielle en cours évite soigneusement de traiter le fond des problèmes posés par les rapports entre la société française, façonnée par 1500 ans de christianisme et deux siècles de Lumières, et l’islam.

La confusion, c’est par exemple le pataquès qui a accompagné la publication de la Charte de l’Imam que le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) a présentée ces derniers jours. Les réactions qu’elle suscite publiquement, laissant en deviner d’autres, et les tensions qu’elle révèle au sein des communautés musulmanes de France, me confirment qu’il était plus que temps d’inciter à une réflexion de fond sur l’islam. Lire la Suite →

« Je désire que mon sang ne retombe jamais sur la France »*

En ce temps où la France connaît de multiples divisions qui l’affaiblissent et qui découragent ceux de ses citoyens qui réfléchissent un peu, je crois utile de vous faire connaître l’homélie que j’ai prononcée ce 21 janvier 2017 en la Basilique Saint Denis pour commémorer la mort du roi Louis XVI. En effet, les tensions spirituelles de la France, comme les oppositions idéologiques de toutes sortes qui y règnent au moment où nous nous apprêtons à élire un nouveau Chef de l’Etat, ne sont pas sans rappeler celles qui présidèrent à la décapitation de cet autre Chef de l’Etat que fut Louis XVI, entraînant le début de la guerre civile et l’amplification de la Terreur. Je n’en dis pas plus, sinon que mes sources historiques ne sont point celles du « Parti », mais proviennent d’ouvrages et de recherches relativement récentes, préoccupées seulement de vérité historique.

Le passage de l’Evangile de Saint Jean (Jean 6 versets 37-40) que nous venons de lire fait partie du célèbre discours sur le pain de vie. Si donc Il n’est pas étonnant d’y entendre les promesses de la résurrection et de la vie éternelle, qu’effectivement ce pain communique, puisqu’il est le corps glorieux du Christ, une affirmation de Jésus pose quand même question quand on connaît les réactions finales de beaucoup de ses auditeurs. Jésus dit en effet, vous l’avez entendu : « Or La volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés « . Lire la Suite →