Du marbre pour statue à la faïence des bidets

Ce titre reprend les images utilisées par une femme politique contemporaine pour exprimer l’évolution de son jugement sur un de nos anciens présidents de la République. 

Au regard des derniers événements politiques que nous venons de vivre, les Français seraient très certainement tentés d’utiliser de la faïence, si l’envie leur prenait d’ériger une statue à leurs dirigeants.

Je ne retiendrai que deux événements, qui à mes yeux annoncent la fin d’un système, permettant de faire mentir le Cardinal de Retz, selon qui on ne sortait d’une ambiguïté qu’à ses dépens ! Certes ceux qui vivent de l’intrigue pouvaient trouver leur compte avec une semblable maxime…mais pour un temps, l’Eminence en donna un triste exemple. Mais avoir la prétention de diriger un pays avec une telle mentalité relève du mépris le plus total du peuple que l’on prétend gouverner, et par voie de conséquence du bien commun.

Première affaire : la loi de bioéthique, que le Sénat avait à juste titre corrigée en maints endroits, est revenue à l’Assemblée nationale. Les députés n’ont tenu aucun compte des propositions des sénateurs, au point que renvoyée au Sénat pour une troisième lecture, ce dernier a refusé purement et simplement de continuer un dialogue de sourds que je n’hésite pas à qualifier de grossier. Ce jeudi 24 juin, il a purement et simplement rejeté le texte des députés, faisant ainsi retomber sur leur seule assemblée la responsabilité de cette loi monstrueuse. Voilà qui fera plaisir aux déconstructeurs de civilisation, dont le professeur-député Jean Louis Touraine, voix autorisée et quasi officielle de Grand Orient de France, qui représente à l’Assemblée la volonté la plus intelligemment déconstructrice. Cela dit, notre Constitution prévoit deux chambres. Les députés ont certes le dernier mot. Mais l’esprit de la Constitution ne devrait-il pas moralement obliger à prendre en compte ce qu’exprime la Haute Assemblée, surtout quand cela rejoint bon nombre de préoccupations spiritualistes, qui vont bien au delà des frontières du seul catholicisme, comme l’attestent d’autres réactions religieuses, comme aussi d’ailleurs un certain nombre de philosophes, ne se réclamant pas forcément d’une religion ? Mais la majorité actuelle de l’assemblée nationale, le parti du Président, a été intransigeante. La loi est votée, telle que le Pouvoir la désirait. 

Comme je l’ai déjà dit et écrit, je crois, en me fondant sur le code de droit canon, que tous les catholiques qui ont voté cette loi, qui l’approuvent, et qui y obéiront sont excommuniés automatiquement, «  latae sententiae. ». Ils devraient donc s’attendre à se voir refuser, l’accès à tous les sacrements, sauf la pénitence, et bien évidemment aussi les honneurs des funérailles chrétiennes. Aucun catholique ne devrait leur apporter leurs suffrages, en cas d’élections, au risque de s’en faire complices. J’agirai personnellement dans ce sens, sauf avis contraire de mon évêque à qui, comme tout prêtre je dois obéissance.

De même tous ceux qui dans ce pays, en dehors de l’Eglise catholique, croient aux valeurs religieuses et à la loi naturelle vont obligatoirement se méfier de tels dirigeants et considérer que ceux-ci ont perdu une grande partie de leur légitimité. Désobéir à cette loi va devenir dans beaucoup de cas un devoir religieux, et moral, pas seulement pour les chrétiens. Les lois des pouvoirs constitués, en ce moment celles de la cinquième république, ont certes une primauté en matière pénale, ou sur d’autres questions touchant la gestion du pays. 

Mais alors que le préambule de sa Constitution dit « que la République respecte toutes les croyances », sa loi dite hypocritement de bioéthique prouve le contraire, puisqu’elle va jusqu’à interdire l’objection de conscience pour les médecins et les soignants en matière d’avortement ! Les catholiques ne seront pas les seuls tourmentés, en particulier quand arrivera la pratique effective de l’IMG sur un enfant dont le seul défaut est d’être refusé par sa mère. On le tuera , à neuf mois, dans son ventre par une injection de chlorure de potassium dans le cœur !

J’ai le regret de dire que maintenant tout est fini sur le plan législatif français, notre pays rejoint ainsi les autres pays décadents qui composent l’Europe, et qui nous entraînent dans un bouleversement des valeurs qui ont construit notre civilisation. Les gesticulations de dernière minute ne serviront à rien. Je rappellerai simplement qu’un chef de guerre qui mène ses troupes à une bataille perdue d’avance n’est plus à sa place et nuit aux idées qu’il défend.

Car il importe de se porter maintenant sur un autre champ de bataille, celui des institutions. L’attitude méprisante de l’Assemblée Nationale à l’égard du Sénat montre bien la dérive autoritaire du pouvoir exécutif. Celle-ci avait pointé le bout de son nez en instituant le quinquennat, qui fait pratiquement coïncider l’élection des députés avec celle du président. Ceux-ci, qui ne représentent pas d’abord leurs mandants selon la définition que donna Sieyes dès septembre 1789, mais le peuple français (en fait une entité, et c’est bien ce que dénonçaient les gilets jaunes, et qu’on a fait exprès de ne pas entendre), sont devenus avec l’instauration du quinquennat les soutiens ou les adversaires du Président élu, et rien que cela. Leurs électeurs n’éveillent un souvenir dans leur conscience que tous les cinq ans, ils comptent donc très peu, pas plus que les sénateurs ! Et la seule préoccupation de la plupart de ces honorables parlementaires, est de maintenir l’hôte de l’Elysée à sa place, ou de savoir par qui le remplacer. 

J’ajoute pour mes frères catholiques que, ni Monsieur Hollande, ni Monsieur Macron, pendant leur campagne respective n’avaient fait mystère de leurs options éthiques. Cela n’a pas empêché beaucoup de voix catholiques de se porter sur eux. Ensuite, quand on est bien conscient des pouvoirs que donne la Constitution au Président, et qu’on réfléchit un peu sur les conditions d’élection des députés, il est évident que le Chef de l’Etat va appliquer en priorité les parties de son programme qui médiatiquement vont le servir , en contentant une minorité, aussi riche que puissante, connaissant les ficelles de la propagande. Tout cela n’est pas un travail d’enfants de chœur. Beaucoup de Français, à l’heure où je vous parle ignorent tout ce qu’implique la loi de bioéthique, et à leurs yeux, ses opposants ne sont que des catholiques intégristes, rebelles systématiques à la modernité et au progrès. C’est pourquoi l’urgence est d’en finir au plus vite avec le quinquennat qui ne fait que masquer une monarchie élective, tempérée par aucune assemblée, l’une étant comptée pour rien, l’autre jouant le rôle de « claque législative ». J’entends par là des gens qui applaudissent ou hurlent au commandement, et no des donneurs de gifles. Le retour au septennat devrait donner plus d’indépendance aux députés, surtout si des juristes constitutionnels prenant en compte la grave question de la représentativité des élus, proposaient des règles qui les obligent à tenir compte de la volonté de leurs électeurs.

Je serai plus bref, sur le deuxième événement parce qu’il concerne surtout l’avenir et que je ne veux pas jouer au devin. Bien qu’ayant voté, je me réjouis du fort taux d’abstentions. Car il démontre d’une manière indéniable, la lassitude de notre peuple devant un pouvoir qui ne s’intéresse plus à lui. Selon moi, il manifeste aussi le rejet total d’un scénario qui reproduirait celui de 2017 au second tour. Ceux qui se sont dérangés pour aller voter l’ont bien fait comprendre. La non prise en compte du fait religieux, la volonté de détruire notre civilisation, comme le flou sur les questions migratoires et européennes, l’imprécision voulue sur la sécurité, lors de la dernière présidentielle, en particulier dans le duel final, tout cela n’a pas échappé aux abstentionnistes comme aux votants.

Ce dimanche 20 juin, un non d’origines multiples a commencé à s’esquisser, contre des gens qui donnent l’impression aux électeurs d’incarner la démagogie, de briguer une place pour être et non pas faire. Mais depuis un moment, les citoyens français ont l’impression que la vie politique est devenue une sorte de cirque, il y a donc un clown blanc et un triste, un supposé prodige et un faire-valoir, et le spectacle est assuré, mais cela est-il suffisant ? Beaucoup croyaient pouvoir continuer cette tragi-comédie, les commentateurs professionnels ont fait mine d’y croire, car cela assure leur emploi. Mais les Français attendent des propositions sérieuses sur les problèmes qui inquiètent le pays ; on ne veut plus de tours de prestidigitation du genre transformation de gilets jaunes en casseurs, ou d’établissement de dictature sanitaire à géométrie incompréhensible, sinon pour certains porteurs d’actions en Bourse, et pour cela il est urgent de rendre vite aux médecins la liberté de prescrire pour soigner, et avoir ainsi plusieurs fronts pour combattre une maladie qui à l’évidence va revenir, mais qui ne saurait conduire qu’au seul goulot d’étranglement de la vaccination, source de bénéfices immenses pour certains. 

Un confinement, comme toute mesure autoritaire et liberticide a un prix. Robespierre a payé cher la loi du Maximum, ce fut Thermidor ! Napoléon de même avec le blocus continental, ce fut Waterloo ! Monsieur le Président Macron a pris la suite dans une série d’actes autoritaires, comme le confinement, et d’autres mesures, qui n’ont en commun avec les précédents que l’échec. S’il ne le comprenait pas, et qu’il se présente quand même en 2022, il serait peut-être élu, mais avec un tel taux record d’abstentions, qu’il perdrait complètement le peu de légitimité qui lui reste. Si les responsables politiques de ce pays ne tirent pas les leçons qui s’imposent de la situation actuelle et de ce qui s’est passé au premier tour des élections régionales en plaçant les Français dans une situation qu’ils rejettent, une campagne pour l’abstention au second tour des présidentielles est possible. Elle pourrait même devenir la seule attitude morale et civique pour ôter au « vainqueur » toute légitimité ! Qui oserait se proclamer président de tous les Français, si quelque 80% d’entre eux, voire plus, s’abstenaient d’aller aux urnes. On pourrait alors sérieusement envisager un troisième tour social. Et à ses revendications , se joindront des revendications religieuses. Car tous ceux qui dans ce pays tiennent à une religion savent désormais que la plupart des politiques, en particulier ceux qui gouvernent, les considèrent comme des citoyens de seconde zone. Ceux-ci devraient s’unir, et je compte bien y travailler avec d’autres croyants, chrétiens de toute confession, juifs, musulmans qui pourraient ainsi présenter certaines revendications et dénoncer l’avilissement de l’humanité auquel travaille cyniquement, sous le masque de la laïcité, un pouvoir athée. La manière dont il a dupé le catholicisme, depuis la tragi-comédie des Bernardins en est la preuve.

4 commentaires

  1. L’analyse du Père Viot est pertinente ,poignante et vraie! IL faudrait que le RP Viot soit invité par Pascal Praud et qu’il passe le plus souvent possible sur C News seule chaine Télé a ne pas être complètement dans la « bien pensense » !

    Aimé par 1 personne

    Réponse

  2. Oui père Michel Viot, oui nous somme sur le grand déclin, particulièrement avec l’adoption de cette loi dite « bioéthique ». Vous avez raison; et pour convaincre encore plus de lecteurs je vous suggère d’écrire plus court; plus direct, plus simple sur le principal sujet.
    Ici c’est le meurtre d’enfants : c’est cela qu’il faut expliquer, détailler, répéter en un texte court, donc mémorisable.
    Ecrie court est une discipline gagnante. Oubliez culture et 3 points pour écrire avec force, donc court
    Oui vous avez raison, sur le fond, quand on a tout lu…bravo

    J'aime

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s