Sous le signe de la pastèque

C’est sous le symbole de ce cucurbitacée que va se dérouler notre vie politique depuis les dernières élections municipales. Par honnêteté intellectuelle, et aussi pour me faire bien comprendre j’avais pensé à un autre titre, l’habit vert m’était venu à l’esprit, (en pensant à la pièce de théâtre de De Flers et De Caillavet en 1912), mais aussi l’idée d’y associer la robe rouge autre œuvre de théâtre (de Brieux en 1900). Mais il fallait envisager un long titre. Et c’est en écoutant Eric Zemmour parler je crois de l’ère de la pastèque à propos de ces dernières élections, que j’ai pris, si j’ose dire, sa balle au bond, un emprunt bien sûr, mais dont il a la paternité.

La presse a en effet parlé de vague verte pour illustrer la victoire des écologistes. Je pense cependant qu’il aurait été plus honnête d’attirer l’attention sur la victoire des abstentionnistes dans une élection pourtant très populaire, et ce à juste titre. Car je crois personnellement qu’on ne vote bien que pour quelqu’un qu’on connaît. Et les français s’intéressent à leur maire. Ils l’aiment ou ils le détestent, mais il ne leur est pas indifférent !

Cette année 2020 sera décidément, à plus d’un titre à marquer d’une pierre noire. Les français se sont désintéressés de leurs élections municipales. Après le premier tour tueur de mars, tant par sa préparation que par sa tenue, cent fois plus mortifères par leur propagation du coronavirus que celui qu’aurait répandu la réunion de début février des évangéliques à Mulhouse (et du président qui se trouvait dans cette ville au même moment), premier tour comportant déjà un bon lot d’abstentionnistes, le deuxième tour a vu autour de 60% d’abstentions. C’est dire la montée du dégoût qu’inspirent les politiques actuels et leurs institutions auxquelles une grande majorité de français ne croit plus. Car aux abstentionnistes il faut ajouter un grand nombre de bulletins verts. Car qu’est-ce que généralement un vert (pas tous car il y a quelques vrais idéalistes) ? Un rouge camouflé, d’où l’image de la pastèque employée par Éric Zemmour. Et quand je dis rouge, je pense au trotskisme et à ses dérivés, qui sous couvert d’écologie veulent créer un dirigisme d’Etat, attentatoire aux libertés des individus.

Une aubaine pour le pouvoir en place, pour sa tête du moins, en recul dans les sondages et gravement critiquée. Je ne sous entends pas par là que cette tête éprouve quelques tentations pour l’économie telle que l’entendent les trotskistes. Je pense au contraire que le président demeure plus que jamais un partisan de l’ultra- libéralisme voulu par ses commanditaires français et étrangers.

Mais la verdure va désormais pouvoir décorer utilement, et qui sait masquer, les mesures sociales que la crise économique qui commence oblige à prendre. Elle va cautionner aussi son autoritarisme grandissant. On va mêler à l’urgence de défendre la planète la nécessité de mieux contrôler les citoyens, pour le bien général, pour leur santé en particulier, et ce qu’on estimera aller avec….Rien de tel qu’une épidémie et surtout une sortie d’épidémie pour surveiller au mieux tous les citoyens, et ce pour leur bien, évidemment. Avec les algues vertes qui allaient s’échouer sur nos mairies risquant d’avoir sur elles le même effet que sur nos plages, il fallait profiter de l’occasion pour qu’elles prolifèrent jusqu’au gouvernement, ou du moins qu’elles en donnassent l’impression. D’où la nécessité d’un changement…d’habit simplement. D’où ma comparaison avec l’attrait de l’habit vert, celui de nos académiciens, sujet de la pièce de De Flers et De Caillavet, excellent théâtre de boulevard décrivant l’ambition mondaine sur arrière fond d’immoralité, décors qui n’est pas loin de la tragi-comédie que depuis quelques années déjà nous offre cette république mourante. L’habit ministériel incolore ayant presque remplacé l’habit vert. Et je pensais aussi à la robe rouge, de Brieux dénonçant l’ambition dans la magistrature au service du pouvoir politique. Plus souvent qu’on ne le croit l’habit fait le moine, surtout quand la seule couleur est un signe de promotion. Dans notre affaire le rouge révèle aussi une pensée politique, et dans le cas présent, au delà de la couleur d’une robe, bien que souvent caché sous elle !

Plus les temps sont difficiles, plus ils suscitent des âmes de grands truands (ayant déjà manifesté de solides dispositions) et de héros. Mais les premiers sont toujours en plus grand nombre.

En ce 5 juillet faisons un bilan simple. Sous ce signe de la pastèque les mythes de l’habit vert et de la robe rouge ont de beaux jours devant eux.

D’abord les institutions de ce nous appelons notre république sont clarifiées. La prophétie de Léon Blum écrite dans le Populaire du 21 juin 1946 sur ce à quoi aboutirait le présidentialisme gaullien est réalisée « Dans ce système, le président de la République (élu au suffrage universel direct) ne serait plus seulement le Chef symbolique de l’Etat, mais le chef effectif du gouvernement et de l’administration, le président du conseil (on ne disait pas encore le premier ministre) se trouvant par contre réduit au rang d’un fondé de pouvoir, d’un homme de confiance, d’un porte parole vis à vis du parlement… » (1). Le quinquennat, je l’ai déjà écrit aggrave ce constat, puisque les élections législatives ne sont plus qu’un doublet des élections présidentielles. L’assemblée nationale ne sert plus à grand chose depuis un moment, sinon à enregistrer les volontés du pouvoir (Saint Sénat protégez nous !). Et ce pouvoir n’a maintenant plus qu’une tête, car malgré l’enfer de Matignon les premiers ministres ayant de la personnalité avaient le temps de jouer quand même leur rôle. Monsieur Edouard Philippe sera sans doute le dernier vrai premier ministre de la cinquième république. Monsieur Jean Castex, quels que soient ses talents, car il a à peine deux ans pour exercer sa fonction devient de fait le premier fondé de pouvoir du Président, et son porte parole devant l’assemblée.

Quoi qu’on ait pu me dire de lui, je l’ai entendu, à son premier entretien télévisé, se qualifier de gaulliste, pourquoi pas, c’est pour moi une qualité ? Il y ajoute social, tous les vrais gaullistes que j’ai connus portaient ce souci, à commencer par le général lui-même. Mais il s’est livré ensuite au gargarisme incantatoire de la laïcité et a dénoncé les communautarismes. Si cela ne relève que du rituel d’intronisation à ce poste, je ne m’inquiète pas trop, mais présentement cela m’ennuie quand même !

Dans l’optique du temps qui presse (la préparation des élections présidentielles de 2022 sur fond de crise économique et plus peut-être ?), et la présence de Monsieur Jean Castex comme premier ministre le prouve, pourquoi ne pas dire clairement que, tant pour la laïcité que pour le communautarisme, c’est l’Islam qui constitue un danger ? Et laisser clairement entendre que l’Etat va en tirer les conclusions qui s’imposent.

Pourquoi, au nom de l’écologie totale (qui inclut l’humanité comme l’a bien compris José Bové, déclarations de 2014) ne pas reporter la discussion sur la loi de bioéthique à l’assemblée, compte tenu de rajouts introduits par le député Touraine ? Ma préoccupation n’est pas seulement motivée par des préoccupations religieuses, qui ont cependant aussi le droit de s’exprimer, mais aussi philosophiques. Des non catholiques partagent mon avis. Et je puis affirmer que la récente protestation de l’Archevêque de Paris sur cette question a rallié plus d’un français soucieux du maintien d’une véritable humanité reposant sur ses valeurs traditionnelles. On s’est ému à juste titre, au cours du confinement du triste sort réservé à nos aînés dans les EPHAD, des tris de personnes qui auraient droit ou non à la réanimation, selon leur âge ! Et voilà qu’était programmé, comme si c’était une priorité après ce que nous venions de vivre, une discussion à l’assemblée nationale sur une loi de bioéthique aggravée par des dispositions sur la PMA qui prévoient le dépistage des anomalies chromosomiques de l’embryon sous le prétexte sanitaire d’optimiser les chances de grossesse par transfert dans les PMA, ce qui prépare la GPA, et des demandes de mêmes types pour des couples hommes femmes. S’il y a des traces ou des risques de trisomie 21 par exemple, l’embryon ne sera pas utilisé…il connaîtra le sort des personnes âgées atteintes du covid 19. Le respect de la vie est un tout ! L’irrespect aussi car l’eugénisme deviendra alors légal.

Par reconnaissance anticipée devant notaire, deux femmes pourront se déclarer mères conjointes de l’enfant à naître, sans distinction ni hiérarchie, comme le font les couples hétérosexuels non mariés. Voilà qui promet des discussions si d’aventure l’enfant est présenté au baptême. Je ne vois pas l’Eglise catholique emboîter les pas des notaires, qui auront accompli cette besogne, en alignant leurs registres de baptême sur leur faux en écriture devenus pourtant légaux par la magie de la loi. L’importance de la filiation est encore un peu plus méprisée.

J’émets le souhait que notre hiérarchie catholique prenne des sanctions religieuses à l’encontre de personnes coupables de tels manques de respect de la vie humaine. L’excommunication automatique (latae sententiae) punit déjà les coupables d’IVG et leurs complices. Dès 1930 Pie XI condamne l’eugénisme dans Casti connubii. Plus récemment les 20 et 21 février 2009, le Pape Benoît XVI, lors d’un congrès de l’Académie pontificale pour la vie fut très dur dans ses propos sur les diverses manipulations génétiques et examens pré-nataux. Le 16 juin 2018, le Pape François n’hésitait pas à comparer l’élimination des ambrions malades à de « l’eugénisme en gants blancs » semblable aux méthodes nazies.

Le code pénal français jusqu’à présent range l’eugénisme dans la catégorie de crimes contre l’espèce humaine punis de réclusion criminelle, pouvant aller jusqu’à la perpétuité, si le crime est commis en bandes organisées, ce qui sera le cas, même si le mot bande déplaît à l’équipe médicale concernée. Nous verrons si le gouvernement veut faire le jeu de lobbys minoritaires et riches, donc influents, ou s’il veut se donner la peine d’informer véritablement le peuple français et avoir le courage de le consulter par référendum. Pour leur bien spirituel et pour l’édification des chrétiens, il faudrait donc refuser la participation aux sacrements des partisans de cette nouvelle loi, de ceux qui en font la promotion, et de ceux qui vont l’utiliser.  De même les honneurs des funérailles chrétiennes devraient leur être refusés. En fait, il doit être clair que beaucoup de catholiques sont parfaitement conscients que depuis le discours des Bernardins, le président de la République s’est moqué d’eux, osant même instrumentaliser le Saint Père en laissant les caméras le filmer en train de lui téléphoner pour l’inviter en France, avant sa vidéo conférence avec les représentants des cultes et des obédiences maçonniques. Et sans l’arrêt du conseil d’Etat , les églises auraient eu leurs messes déconfinées en même temps que l’ouverture des boîtes de nuit ! C’est peu de dire que cet État nous méprise, ce qui ne porte généralement pas chance.

Enfin, et pour faire bref, si le nouveau première ministre veut redonner quelque crédibilité à l’Etat, il doit agir au plus vite pour que les citoyens retrouvent confiance en la justice. Nous avons en France, une majorité d’excellents magistrats qui souffrent du discrédit dans lequel les ont fait tomber certains de leurs ambitieux collègues victimes du mythe de la robe rouge et de l’intérieur de la pastèque. Il y a des affaires qui doivent être éclaircies et d’autres ne plus se reproduire.

L’Etat doit être revêtu d’un minimum d’honorabilité pour demander des efforts au peuple qu’il veut diriger. Sa gestion de l’épidémie de covid 19, surtout à ses débuts, a sérieusement entamé le peu qui lui restait. Il faut maintenant des signes forts de justice et d’honnêteté, de sincérité aussi pour que la paix civile soit maintenue. Car c’est d’elle qu’il est question maintenant. Les français commencent à se rendre compte qu’on leur a confisqué, en très peu de temps, beaucoup de libertés. Ceux qui ont la charge de l’Etat le savent d’ailleurs très bien et ils écoutent beaucoup mieux les gens qu’on ne le dit, et le spectre de cette écoute est très large. Mais cela ne suffit pas. Il faut en tirer aussi les conclusions et agir tant qu’on en a encore la possibilité.


1 Père Michel Viot « Il y a quelque chose de pourri au royaume de France. » p200 Editions Via Romana.

2 Je recommande la lecture de la déclaration de la Fondation Jérôme Lejeune à propos de la loi de bioéthique présentée à l’Assemblée nationale : https://www.fondationlejeune.org/retour-a-lassemblee-nationale-du-projet-de-loi-bioethique/

5 commentaires

  1. merci cher père!

    c’est un manque de courage certain de notre hiérarchie catholique de ne pas publiquement dire que toute personne qui viole la loi divine et ne veut pas se repentir est automatiquement excommunié, de dire que de telles personnes surtout « publique » ( politique, médecine, droit etc…) ne font plus partie de l’église quand ils transgressent, n’auront aucun droit à des funérailles catholique.
    il est ahurissant que des politiques qui sont ministres (que je ne nommerai point) osent se dire publiquement « catholique pratiquant » et promeuvent au gouvernement le mariage Gay, PMA et GPA, euthanasie, tri embryonnaire…. ils salissent le message du christ et l’église toute entière dans l’indifférence (apparente) ou le non dit (manque de courage?/ pression du gouvernement?) de notre hiérarchie.
    il est ahurissant que personne dans l’église de France à son plus haut niveau ne dénonce donc publiquement de tel propos et ne corrigent publiquement (ou au moins en privé on ose l’espérer) de telles personnes!
    propos non corrigés et non démentis qui laissent croire donc que l’église admet, permet ou au moins tolère cela: notre hiérarchie se rends complice par son silence.
    je rêve d’évêques et cardinaux de votre trempe en France qui auront le courage de dénoncer publiquement la main mise de la franc maçonnerie sur ces lois iniques leur caractère éminemment antichristique , auront le courage de corriger publiquement ces personnes « publiques » et de tirer les conséquences canoniques des personnes publiques (politique, médecin, législateurs etc…) qui persistent volontairement dans la violation des commandements divins sans aucune remise en cause ou volonté de se corriger.
    c’est triste.
    l’église doit vivre sa passion comme le christ (épreuve ultime de l’église) et elle sera comme judas l’a fait, trahie par les siens.
    si ce n’est pas déjà le cas, en tout cas on y coure et vite!

    J'aime

    Réponse

  2. A mon avis, cet abstentionnisme a été voulu… et incité grâce à la manipulation autour du covid.

    Je ne crois pas non plus que l’idéologie macronienne soit uniquement dans le libéralisme. L’écologisme extrémiste y est aussi, on l’a vu dans la manière, par exemple, de traiter le nucléaire… et dans le résultat de ces élections. Macron a fait passer Hidalgo, par exemple, en maintenant Buzyn contre Dati.
    L’élimination des inutiles n’est pas qu’un principe libéral, elle est aussi dans l’écologisme.

    « Nous verrons si le gouvernement veut faire le jeu de lobbys minoritaires et riches, donc influents, ou s’il veut se donner la peine d’informer véritablement le peuple français et avoir le courage de le consulter par référendum. »
    C’est tout vu. Hélas.

    Je suis d’accord avec vous quant au refus des sacrements; il devrait d’ailleurs être pratiqué depuis longtemps. De même, nos évêques devraient parler à contre-temps, ils ne le font plus depuis trop de décennies.

    J'aime

    Réponse

  3. Commentaire à supprimer après correction
    le Pape François n’hésitait pas à comparer l’élimination des « embryons » malades à de « l’eugénisme en gants blancs » semblable aux méthodes nazies.

    Enfin, et pour faire bref, si le nouveau « premier » ministre veut redonner

    Merci pour votre article !

    J'aime

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s