Mon dernier livre vient de sortir aux Éditions Via Romana 

« L’heure du royaume de France est elle venue ? », préface de Jean Tulard de l’Institut. Éditions Via Romana. 12€ (324 pages, format poche)
Je le présenterai dans mon prochain blog.
Publicités

2 commentaires

  1. CHAPITRE 1
     « L’heure du royaume de France est elle venue ? »,
    Ce n’est pas une question idiote à la lumière de l’état des finances de la république.

    Cf Mon article ci-dessous.
    Les tableaux n’étant pas repris par WordPress, ils peuvent vous être expédiés par courriel
     

    La faillite financière de la république
     
    L’Etat français actuel plastronne tout en s’évertuant à masquer sa faillite aux Français par un déficit d’information.
    A l’aide des propres chiffres du gouvernement français, je m’efforcerai de combler cette lacune par tout d’abord le tableau ci-dessous.
     
    § 1) LE REVENU FRANÇAIS

     
    ECHELLE DES REVENUS FRANÇAIS (I)
    INSEE
    Il faut entendre par foyer fiscal, l’ensemble des personnes y résidant. C’est-à-dire les parents plus les enfants et d’éventuels grands-parents à charge.
    En moyenne un foyer fiscal comprend 2,5 personnes.
    Le revenu français moyen par foyer s’élevant à 23 000 €., selon le graphique ci-dessus, il faut en conclure que chaque Français a un revenu net mensuel moyen de 766 €. (23 000 /2,5/12)
    Une fois retirées les dépenses alimentaires de 200€ (200) il ne reste que 566€ par mois pour se loger, se vêtir, se distraire et payer ses impôts.
    La richesse française est donc loin d’être évidente pour ne pas dire inexistante en ce qui concerne les revenus.
    Seuls 10 % des Français pourraient être considérés comme riches si on fixe la richesse à un plancher d’environ 40 000€ par foyer fiscal.
    L’idée d’une sphère de prospérité française n’est donc pas avérée.
    Cela montre l’inanité de toute politique de redistribution des revenus. Celle-ci est mathématiquement impossible ou inefficace.
    Car si le revenu moyen des 10% supérieurs à 40 000€ est de 57 000€, il faudrait redistribuer alors 17 000€ annuels au 90% restants soient 17 000€/9/12/2,5= 62,96€ mensuels par personne ! Ceci est notoirement insuffisant pour couvrir les besoins insatisfaits.
    Et majoritairement démotivant pour les foyers fiscaux spoliés !!!
    § 2) LE PATRIMOINE PRIVE DES FRANÇAIS
    Selon l’INSEE
     
    Ce tableau, qui sera repris plus avant dans cette étude, nous ôte toute illusion sur la sphère de prospérité française. On pouvait penser que la faiblesse de revenus était due à un patrimoine important mais non productif. Compte tenu des cours de l’immobilier en France, chaque foyer fiscal possède en moyenne 157 000€ son logement et trois mois de revenus en économies. Ce n’est pas un eldorado. Une politique collectiviste de partage égalitaire ne résoudrait pas le problème de la dette française.
     
    § 3) LA DETTE FRANCAISE
     
    Si certains, après avoir lu le développement ci-dessus consacré au revenu et au patrimoine des Français, ont conservé quelques illusions sur la sphère de prospérité française, je crois que le tableau ci-dessous devrait émousser leur optimisme frisant l’inconscience.
    EVALUATION DE LA DETTE FRANCAISE
    Selon INSEE
    Puisque nous avons retenu 2015 pour les revenus des Français nous prendrons pour base de calcul la dette publique au 4ème trimestre 2015 soit 2097,4 milliards d’euros

    Officiellement nous sommes actuellement 67 millions à résider en France selon l’INSEE. Avec une population étrangère de 7 millions de personnes qui peuvent s’exiler à tout moment en cas de forte imposition.
    67 millions d’habitants correspond à 67 millions X 766 € de revenus mensuels pour tous les Français.
    Divisons la dette publique totale par ce dernier chiffre pour obtenir à combien de mois de revenu mensuel des Français correspond la dette publique :

    2097,4 milliards €
    ————————————————————————–= 40,87 mois
    67 millions X 766 €

    Moralité chaque habitant doit en moyenne près de 3 ans et demi de ses revenus au titre de la dette publique puisque l’Etat est incapable de rembourser

    Le même calcul en retenant le chiffre de 60 millions donnerait :

    2097,4 milliards €
    ——————————————–= 45,64 mois
    60 millions X 766 €

    Augmenter l’impôt sur le revenu serait donc inefficace pour réduire sensiblement la dette publique
    Ce d’autant plus que l’autre voie pour résorber la dette étatique n’est guère plus concluante.
    En reprenant les deux hypothèses relatives à la population (60 et 67 millions d’habitants) et sachant que le patrimoine moyen par ménage est de 157 000 € et qu’il y a 2,5 personnes par ménage, on obtient :
    2097,4 milliards € =  ? X (157 000€/2,5) X 67 millions

    2097,4 milliards €  = ? X (157 000€/2,5) X 67 millions
    (157 milles € /2,5) X 67 millions (157 00 € /2,5) X 67 millions

    2097,4 milliards €  = ?/ X 1
    (157 milles € /2,5) X 67 millions

    2097,4 milliards €  = ? (1 million = 10exp6, 1 milliard =10exp9)
    (157 milles € /2,5) X 67 millions

    0,4985 = ?

    Sur la base de 60 millions

    2097,4 milliards €  = ? = 0,56
    (157 milles € /2,5) X 60 millions

    Moralité la dette étatique représente 49,85% du patrimoine des Français dans le cas le plus favorable et plus vraisemblablement 56%.

    Il faudrait donc instituer un impôt sur le patrimoine à un taux élevé pour réduire sensiblement la dette publique.

    Hypothèse irréalisable en pratique vu le taux d’imposition général déjà élevé.

     
     
    § 4) LA FAILLITE BUDGETAIRE DE l’ETAT FRANÇAIS
     
    Alors que précédemment, je dénonçais la dette des finances publiques françaises (environ 50 % du patrimoine de chaque individu ou près de 4 années de revenus), j’omettais un chiffre essentiel : le pourcentage de déficit du budget de l’état français : 25,34 %.
    Le chiffre de 75 milliards d’euros en 2015 par rapport au budget 2015 de l’Etat français de 296 milliards € donne un pourcentage de 25,34 % de déficit réel.
    (75 milliards € = 25,34 % de 296 milliards €)
    Pour masquer un chiffre aussi calamiteux, l’Etat a recours à des arguties comptables que certains n’hésitent pas à qualifier d’escroquerie intellectuelle.
     
    Comment a-t-on procédé ?
    Sachant que le budget de l’Etat représente 296 milliards € et le produit intérieur brut (PIB) 2181 milliards €, comparer son déficit avec ce dernier revient à diviser ce chiffre en % par au moins 7 (7,37) soit à obtenir un taux de déficit par rapport au PIB de 3,39%.
    Car, à somme égale, comparer avec un montant 10 fois supérieur aboutit à un % 10 fois inférieur ! Exemple : 1=10 % de 10 et 1 % de 100 (100= 10X 10 et 1% = 10%/10)
    Déficit de 75 milliards € = 25,34 % de 296 milliards € (budget)
    Déficit de 75 milliards € = 3,39 % de 2181 milliards (PIB)
     
    Le chiffre, tout aussi calamiteux en lui-même, semble apparemment plus acceptable aux gogos potentiels que nous sommes.
    Nos europhiles béats sont soumis au même traitement puisque Maastricht et suivants admettent des déficits budgétaires égaux à 3 % du PIB.
    L’Europe s’engage sur une voie solide !?
    Comment se sortir de ce bourbier budgétaire ?
    En décentralisant un maximum de compétences onéreuses (enseignement, prévoyance ou solidarité sociale) sans transfert des ressources étatiques y afférant.
    Les fédéralistes béats saluent l’ouverture et oublient le problème financier.
    Le procédé est déjà amorcé puisque les constructions de lycées dépendent des régions.
    L’Etat se réserve un contrôle sous forme de subventions conditionnées à ses exigences.
     
    § 5) MORALITE
    La dette de l’Etat français est sans fin. L’Etat emprunte toujours plus qu’il rembourse. La charge de la dette (intérêts seuls) correspond au montant de l’impôt sur le revenu. Et encore, les taux d’intérêt sont très faibles actuellement. Lorsque ceux-ci remonteront inévitablement l’Etat ne pourra faire face et encore moins les particuliers déjà surimposés. L’Etat emprunte chaque jour en moyenne à 7 ans.
    On se dirige désormais vers une faillite budgétaire des communes, départements et régions pour tenter vainement d’éviter celles de l’Etat et de l’Europe.
    Les centralisateurs pourront prendre prétexte des faillites des collectivités locales et régionales pour justifier le jacobinisme.
    N’oublions jamais que tous les Français sont responsables fiscalement du déficit cumulé de l’Etat français.
    Michel JANVRESSE
    Président du Cercle Légitimiste du Vexin Français (95,60,78) (et environs)
    http://www.clvf.weebly.com
    Vice-Président du Cercle Légitimiste de France
    (1/2018)

    J'aime

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s