La fin d’une grande inégalité : la mort accessible à tous !

Sous différents masques la grande « Faucheuse » va donc se voir ouvrir tous les champs. Terrorisme est le mot générique qui les englobe. Son principe constitue l’essentiel de sa force destructrice, parce qu’il implique toujours, sur tous les terrains, un camouflage soigné.

Commençons par le terrorisme islamique qui vient une nouvelle fois de frapper le Royaume-Uni. Mais, rassurez-vous, si j’ose dire, le « Brexit » ne l’empêchera pas de frapper de nouveau en France ! Et ailleurs ! Je ne mets nullement en cause la valeur des différents services qui mettent tous leurs moyens en œuvre contre cette criminalité particulièrement barbare. Mais ils ne pourront le faire efficacement tant que leurs propres chefs, c’est-à-dire les autorités politiques, n’auront pas apporté les bonnes réponses à deux questions fondamentales.

La première : les commanditaires de ces crimes sont-ils véritablement considérés comme des ennemis ? Dans les discours officiels, oui ! Mais dans les actes ? N’ont-ils pas des amis, qui sont aussi des soutiens actifs que l’on « ménage », et qui sait, que nous armons peut-être ? Ce sont tous les pays qui affirment « combattre » Daech  qui devraient se poser de telles questions !

Deuxième question : a-t-on véritablement identifié l’ennemi ? Certains répondront « oui bien sûr, c’est l’État Islamique », en ajoutant qu’il s’agit d’un islam dévoyé, n’ayant rien à voir avec la « vraie » religion. Que savent cependant ces gens de l’islam pour se permettre un tel jugement théologique ? Généralement pas grand-chose, comme notre ancien chef d’État, qui avait usé de telles formules, n’en savait pas grand-chose lui-même. Or l’examen rationnel du texte du Coran nous montre bien que le djihadisme violent et sanguinaire peut parfaitement s’en réclamer ! Les textes existent ! S’il faut les interpréter autrement, hé bien, que se fassent entendre des voix musulmanes autorisées, et qu’elles nous démontrent leur autorité en la matière sur leurs fidèles ! Pour le moment, ce terrorisme conserve donc – et malheureusement – sa dimension religieuse, fondée dans les écritures sacrées, fermée à toute interprétation humaine, puisqu’il s’agit, selon les musulmans, de la parole incréée de Dieu.

Interpeller ceux qui s’engagent dans la voie de la « radicalisation » sur le bienfondé de leur démarche est ainsi impossible à un Etat laïc, incapable par nature de décortiquer les mécaniques religieuses, de comprendre la nature des espérances que fait miroiter l’islam des djihadistes, et leurs motivations spirituelles si fortes que ceux-ci en viennent à tuer et à se faire tuer. Un « service public de la déradicalisation » relève de l’utopie, une utopie d’autant plus dangereuse que nombre de djihadistes sont devenus inaccessibles au raisonnement humain. Dangereuse et même criminelle dans les temps de guerre qui sont nôtres ! Les forces de l’ordre font donc ce que leur devoir d’état leur impose en abattant sur place les terroristes !

Quel sort réserve-t-on cependant à leurs complices, lorsqu’on parvient à les arrêter, et cela arrive car nous avons une bonne police et de bons services de renseignements ? On prétend les faire passer par la procédure normale, faisant fî de l’état d’urgence et de la guerre. Et à ce sujet, je trouve irresponsable à tout niveau, pour ne pas dire plus, de laisser la presse donner des informations sur la marche des enquêtes. Un seul exemple : publier dans les heures qui suivent tel attentat qu’on a arrêté tel suspect à tel endroit peut se révéler extrêmement dangereux. Si c’est faux, cela peut endormir les complices, et cela peut constituer une méthode ! Mais si c’est vrai, alors on aide à les avertir ! Et les journalistes qui agissent ainsi se font à leur tour complices. C’est la loi martiale qui devrait s’imposer aujourd’hui, avec le risque de la peine de mort pour toute personne jugée coupable « d’intelligence avec l’ennemi ». En matière de terrorisme, les loups solitaires sont très rares ! C’est toute la filière qu’il faut neutraliser ! Nos prisons et leurs surveillants ne sont pas faits pour garder de tels gens. Qu’ils subissent les conséquences de l’état de guerre qu’ils ont aidé à propager ! Même traitement pour les djihadistes ! Ils ne sont passibles que de la justice militaire, y encourant les peines les plus lourdes, y compris la peine capitale. Elle sera bien moins tragique que n’importe quel attentat. En matière d’amour du prochain, Il faut penser d’abord aux innocents, aux victimes des kamikazes ou autres poseurs de bombes et conducteurs de camions-machines à tuer. Je sais que Dieu peut aussi avoir pitié des coupables, mais nous ne sommes pas Dieu… ! Et l’ordre de la pénitence ne se confond jamais avec la nécessité de la justice pour protéger les plus faibles. L’islam a un problème avec la violence, même si ce n’est pas le cas, grâce à Dieu, de tous les musulmans. Tant que nos politiques, officiellement entravés par les règles et l’esprit de la Laïcité, ne voudront pas prendre en compte cette réalité et en tirer les conséquences qui s’imposent, ils auront une part de responsabilité dans les attentats à venir – lesquels ne sont pas près de cesser puisque leurs causes réelles ne sont pas traitées. Ils accentueront aussi le risque de guerre civile, dont un certain nombre d’actes antisémites récents ne sont que des signes avant-coureurs. Comme Alain Finkielkraut, je me pose des questions sur la récente affaire Halimi, survenue en pleine campagne électorale ! Étrange lenteur de la justice qu’on a connue plus rapide pendant cette même période ! À suivre !

Venons-en à un terrorisme plus subtil, mais tout aussi pervers et redoutable dans sa généreuse distribution de la mort ! Il n’est pas l’apanage d’un seul parti politique. Il s’agit de la « bien-pensance moderne » en matière de lois sociétales, de cette « bien-pensance » qui veut légaliser l’euthanasie, comme le suicide assisté, achever de détruire la famille en permettant l’adoption à toutes les formes de « couples », de louer des ventres de femmes, d’utiliser une procréation qu’on ose appeler « médicalement assistée », laquelle débute par l’achat sur catalogue des gamètes qui reproduiront le bébé fantasmé. Bref la mise en place, légale et planifiée, de la culture de mort dénoncée par Saint Jean Paul II. Cette dernière a ses représentants partout, de l’extrême gauche à l’extrême droite, en passant par tous les partis. Plus que jamais la politique de proximité est d’actualité. Tugdual Derville, d’Alliance Vita, a posé des questions très simples et qui résument tout. Chaque électeur catholique doit pouvoir les relayer aux candidats aux élections législatives.

Je sais qu’il y a eu des promesses de campagne présidentielle ! Elles n’en constituent pas pour autant « La Loi et les Prophètes », à moins que ne le permette la lâcheté combinée des électeurs et des futurs élus ! Nul n’est jamais tenu par une promesse inconsidérée, faite dans l’ivresse d’une campagne électorale ! Vous rappellerai-je que le roi Hérode, ivre de vin et aussi de luxure devant sa belle-fille Salomé, lui avait promis tout ce qu’elle demanderait, fut-ce la moitié de son royaume ? Et sur les conseils de maman, la charmante jeune fille demanda la tête de Jean le Baptiste. Hérode tint parole ! Jamais aucun homme ne fut plus blâmé d’avoir tenu une telle promesse. Chers catholiques, sauvez vos parlementaires de l’ivresse procurée par la danse des sondages et de leurs sulfureuses Salomés ! Et placez-les devant leur conscience ! Il en reste encore un peu à certains. Je suis loin d’avoir été d’accord avec ce qu’Alliance Vita, à ses débuts, a proposé sous l’impulsion de Madame Christine Boutin. En revanche ce qui est exposé par Tugdual Derville aujourd’hui est essentiel et me semble non négociable pour un catholique. Si par malheur nous n’étions pas entendus, il faudra envisager des ripostes appropriées qui nécessiteront une unité catholique qui, jusqu’à présent, a fait défaut, ainsi qu’une intelligence politique, au sens noble de ce terme ! Elles se sont bien peu manifestées sous le précédent quinquennat, pour la plus grande joie de nos adversaires.

Cela dit, si notre « naïveté » leur offre encore cette aubaine, qu’ils ne se réjouissent pas trop vite. Les propagandistes de l’islam y verront le signe que le catholicisme ne compte plus en France ! Car si dans le même temps, ceux dont les pendules se sont arrêtées en 1905 se mettaient à surenchérir selon leurs souhaits dans les « réajustements » laïcistes, comme par exemple l’arrêt de la retransmission de la Messe sur une grande chaîne publique de télévision, notre pays n’en apparaîtra que plus mûr aux poseurs de bombes pour la grande conversion. Sur la tombe de chacune de leurs victimes pourrait alors figurer: « ci gît X…, laïc convaincu ». La nouvelle assemblée ne serait finalement qu’un rassemblement de syndics de faillite de la République, qui aura envoyé l’Eglise au « tapis », à ses catacombes, s’en réservant pour elle un autre qui, à coup sûr ne volera pas !

Publicités

3 commentaires

  1. La doctrine islamique est contenue certes dans le Coran (plus exactement dans sa partie non abrogée) mais aussi dans la Sunna, qui contient une très grande partie des stipulations contraignantes pour les musulmans.

    La diffusion la plus dangereuse de l’islam n’est probablement pas l’impact du jihad violent. C’est celui de la lente et tenace infiltration, de la subjugation des esprits candides, joint à l’effondrement des puissantes murailles que constitue la morale naturelle. Cette morale naturelle est accessible à tous ceux qui ne sont pas chrétiens et réfléchissent à leurs observations, et sont soucieux de cohérence.

    J'aime

    Réponse

  2. Je partage toute votre analyse mais je voudrais y ajouter une réflexion.
    L’Eglise est devenue un lieu sans métaphysique d’où est banni tout mystère.
    La liturgie actuelle, la pusillanimité des prélats (un chat doit demeurer un chat), leur bien-pensance, tout ceci contribué à l’assèchement de la chrétienté française.
    Si la messe n’était plus diffusée sur F2 ce serait simplement par manque de fidèles suffisamment actifs. Et ceci adviendra très vite si les évêques (et tous les autres) ne sonnent pas le tocsin pour appeler à la bataille.
    Les politiques ont peur des mahométans car ceux-ci présentent un front homogène et uni.
    Les catholiques passent leur temps à accueillir leurs futurs bourreaux et à battre leur coulpe.
    Ceci ne peut pas bien finir et le choix du pape actuel montre bien la perte absolue de sens de l’église.
    Quel chemin m’indique mes pasteurs ? Celui de la fin de mon pays et de la soumission de mes enfants ? Qui ne dit mot consent.
    Tous ceux qui se taisent sont complices de ce qu’il adviendra. Comme toujours.
    En vous remerciant pour vos billets religieux et profanes qui sont fort intéressants et roboratifs.

    J'aime

    Réponse

    1. L’effondrement métaphysique se détecte partout. Le catéchisme classique par questions et réponses était peut-être un peu sec, et ne convenait pas à toutes les formes d’esprit. Les enseignants avisés savaient le présenter comme il convenait. Au moins il y avait de la substance.

      Mais l’activité consistant, dans l’entrecoupement de mélopées niaises, en du coloriage de lettres formant des mots super-sympas comme DIALOGUE, ACCUEIL, AMOUR, etc., construit un Palais de Dame Tartine qui se délite à la fin de l’enfance, suscite le mépris a posteriori, et laisse sans armes ceux qui l’ont connu.

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s