Ni peste ni choléra

La « campagne électorale » qui a précédé ce premier tour des présidentielles laisse et laissera pour longtemps un goût de cendres ! On a beaucoup parlé déjà de la pollution des « affaires », mais on n’a pas encore élucidé complètement leur orchestration.

Tout un chacun en revanche a pu voir la majorité des médias s’acharner sur François Fillon, certaines chaînes de télévision, comme BFMTV, s’en étant fait même une spécialité, une distinction « d’honneur » s’imposant pour Camille Anglade. J’ai rarement vu autant de talent journalistique mis en œuvre pour détruire une personne, et ce avec un plaisir jouissif que cette « artiste » ne cherchait même pas à dissimuler. Et simultanément la même chaîne, suivie par d’autres médias, faisait la promotion continue d’Emmanuel Macron. Ce que Bernanos aurait appelé la « Bien pensance » a polarisé toute son action sur les candidats Fillon et Macron dans le but d’empêcher le premier d’accéder au second tour. Et pour être bien sûr qu’il affronterait Marine Le Pen à ce second tour, et surtout personne d’autre, on a ménagé cette dernière, se réservant la dernière ligne droite pour l’assassiner… politiquement !

« Le Pen », les deux mots magiques qui ont fait gagner jusqu’à présent quiconque s’affrontait à eux. François Mitterrand est l’inventeur de ce système, repris et amélioré par d’autres. Et le mécanisme a toutes les chances de fonctionner de nouveau avec succès aujourd’hui. Avec cependant un « bémol » ! Les pollueurs de la campagne sont allés beaucoup trop loin. Dans leur zèle anti Fillon, ils ont empêché tout débat sérieux, tout d’abord avec « l’homme à abattre », ensuite avec d’autres candidats qui avaient des choses à dire et qui représentaient un nombre importants de Français, Marine Le Pen, Jean Luc Mélenchon, Benoit Hamon, Nicolas Dupont Aignan, pour ne prendre que ceux qui ont réalisé plus de 5% des voix. Des face-à-face auraient été beaucoup plus instructifs que ces mises en scène qui faisait penser au jeu du « maillon faible », magistralement mené par Laurence Brocoli ! Pour ne prendre qu’un exemple, plusieurs rencontres à deux, programme contre programme, et surtout avec des chiffres sérieux, auraient créé les conditions d’un débat démocratique éclairant les Français, sur la question gravissime de l’augmentation du nombre de pauvres et du chômage ! Beaucoup de nos compatriotes ont le sentiment que les journalistes chargés de « couvrir » les élections ont considéré qu’il était plus important de se faire « mousser » eux-mêmes, plutôt que d’informer ! D’où le soupçon de manipulation et un certain sentiment de rage qui commence à poindre. Faut-il rappeler que les médias touchent d’importantes subventions, venant des fonds publics, sensées leur donner une certaine indépendance ! Je crains fort que cette campagne ne leur ait fait cadeau d’un costume qui ne tardera pas à ressembler à la tunique de Nessus !

Le résultat « des courses » est de toute façon là ! Les deux candidats souhaités par « le destin » sont présents au second tour et il va falloir voter pour l’un d’entre-eux. C’est une opinion personnelle, mais je pense que dans un système qui ne prend pas en compte les bulletins blancs, l’abstention n’est pas de mise pour un citoyen qui ne veut pas s’abstraire de la vie de la cité.

J’invite à lire ou à relire attentivement la déclaration de la Conférence des évêques de France, qui me semble non seulement marquée par les grands principes de l’humanisme catholique, mais encore par une juste appréciation de la situation politique actuelle (elle a été publiée le soir même du premier tour). Le fait qu’elle ne rejette, ni n’adoube aucun des deux candidats dédramatise à juste titre l’élection, ce qui présentement est spirituellement sain. Et cela me rappelle cet échange entre deux députés d’avant 1914, après s’être affrontés durement à la Chambre : « Vous n’êtes pas Dieu ! Et vous, vous n’êtes pas le diable ! ». Il en va ainsi de nos deux candidats.

Aussi, nos évêques nous renvoient-ils à nos consciences avec obligation de réfléchir à 7 points fondamentaux sur lesquels les deux prétendants peuvent, ensemble ou séparément, inquiéter ou faire espérer. La Conférence épiscopale insiste sur l’exigence de préserver un vrai débat démocratique, le respect de la famille et de la filiation, l’attachement à l’Europe, fondé sur la conscience d’appartenir à une culture, seul moyen d’entraîner l’adhésion des peuples, une prise au sérieux de la question des migrants, sous entendant forcément une amélioration économique dans notre pays, pour leur offrir quelque chose d’autre qu’une nouvelle jungle. Ainsi sommes nous appelés à juger sans a priori, de la capacité de chacun des deux candidats à agir pour le mieux dans la réalisation de ces 7 objectifs. Nous avons pour nous aider à réfléchir à considérer ce qu’ils ont fait dans le passé immédiat, sans remonter au déluge ! Et à bien comprendre ce qu’ils disent eux-mêmes de leur programme. Nous ne trouverons certainement pas la totalité des 7 objectifs. L’essentiel est d’en trouver quelques-uns et surtout, et j’insiste personnellement sur ce point, de ne pas constater chez l’une ou l’autre, un élément de pensée, ou des personnes dans leur entourage immédiat qui constituent des obstacles absolus au maintien de notre civilisation judéo-chrétienne. Elle est en effet trop menacée, et dans beaucoup d’endroits trop attaquée pour tolérer contre elle de nouveaux assauts. S’il est difficile de revenir complètement sur certaines lois, Il est toujours possible d’empêcher d’en fabriquer d’autres, pourvu qu’on s’en donne les moyens politiques. Beaucoup trop de catholiques ont dans ce domaine péché par naïveté. Il est plus que temps de réagir. Le texte de nos pasteurs vient fort opportunément nous réveiller dans le respect de la foi et de la liberté du chrétien.

 

Post scriptum : les deux partis qui ont organisé des « primaires » et n’ont même pas été capables d’en faire respecter loyalement les résultats, me semblent disqualifiés pour donner des leçons de morale, et encore moins des consignes de vote ! Dans l’esprit des institutions de la Vème république, ce type d’élection relève de la rencontre d’un homme ou d’une femme avec le peuple. Les primaires constituaient donc déjà une entorse grave à ce principe. Beaucoup de citoyens, comme aussi certains candidats, l’ont accepté dans un souci de consensus ! Et voilà que le résultat est bafoué. Messieurs Fillon et Hamon en ont fait injustement les frais. Chacun doit donc se sentir libre en conscience de voter comme il le souhaite, en dehors de tout mot d’ordre, surtout quand ils viennent de gens qui n’ont pas respecté les règles du jeu nouveau qu’ils venaient de fixer. Et il va de soi que beaucoup de déclarations officielles sur les « ralliements » relèvent plus du discours convenu, nécessaire aujourd’hui à une survie politique, qu’à une intime conviction. Quant au silence, il risque même de devenir suspect, comme à l’époque où l’on chantait le chant du départ, « La République nous appelle », 1794, le temps de la Terreur et de la Loi des suspects !

Publicités

11 commentaires

  1. Le message évangélique est-il d’exiger que les migrants envahissent la France ? Retenons que le bon samaritain n’accueille pas la pauvre personne blessée en la transportant dans sa ville Jérusalem mais il s’occupe de l’aider sur le chemin de sa vie. « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. » (Lc 10.25-37) Jésus s’occupe d’aider les personnes sur les chemins de leur vie. « Jésus parcourait toutes les villes et les bourgades, enseignant dans leurs synagogues, prêchant l’Évangile du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité. » (Mtt 9,35)
    Avoir comme objectif d’exercer un contrôle sur les arrivants dans la France n’est pas un manque de charité. La charité demande de faire attention aux personnes radicalisées soit des résidents de la France ou des et aux du ravage en France, Belgique, etc.

    Sans un discernement des réfugiés c’est ouvrir la porte des extrémistes.

    J'aime

    Réponse

  2. Cher Père, votre réflexion très intéressante pourrai s’enrichir des points non négociables proposés par nos Papes St Jean Paul II et Benoît XVI pour éclairer les consciences avant de voter. Respectueusement. Bertrand de Lamotte

    J'aime

    Réponse

  3. Mme Le Pen est démagogue et maîtrise la séduction. Sa propagande est orientée vers les masses et à ce titre, elle s’emploie à se mettre au niveau de celle-ci, précisément au niveau des moins intelligents des membres des masses. Elle s’adresse non à l’intelligence, mais aux émotions, clairement subjective, la propagande n’a rien à voir avec la vérité et ne doit « présenter que les aspects de la vérité qui vont dans le sens de son opinion », surtout que « les capacités de compréhension des masses sont très limités et que leur entendement est faible ».
    Elle fait des voltes face, parce qu’elle sait que ses adeptes sont ne lui en tiennent pas rigueur. Après avoir construit son programme autour de l’islam dehors on est chez nous, le 11 septembre 2016 elle déclare que l’islam est compatible avec la République (Cette date na pas été choisie au hasard)
    Réaction de M. Philippe de Villiers «Quand je l’ai vu dire ça sur TF1, je me suis dit bon ben voilà, les choses ne changeront pas».
    http://www.valeursactuelles.com/…/pour-de-villiers-lislam-est-incompatible-avec-la-republi...
    Le 14 octobre 2016 Philippe de Villiers sur le même sujet, estime que l’islam est incompatible avec la République, la charia est incompatible avec notre civilisation »
    En l’espace de quatre mois, Philippe de Villiers a totalement changé d’avis au sujet de Marine Le Pen. Elle qui, selon lui, n’était pas capable de « changer les choses » a désormais la main suffisamment solide pour « prendre des décisions douloureuses ». Lui, chrétien fervent, opposant farouche à l’avortement, il a oublié la position de Mme Le Pen sur l’avortement curieux non ?
    Le 2 mars, il appuie le trait : « Elle a (…) compris qu’il fallait faire une campagne identitaire. Marine, qui a lu nos livres [ceux du trio Buisson-Zemmour-Villiers], a capté notre petite musique…
    Ceci n’est donc qu’une question de communication, et Mme La Pen va nous jouer du pipeau jusqu’à l’élection, ce qu’elle faisait déjà avant.
    Après s’être aperçue qu’un fort pourcentage de français ne veulent pas sortir de l’euro, ni de l’Europe elle fait du rétro pédalage dans la semoule.
    ‘’Marine Le Pen affirme en outre au quotidien n’avoir «jamais dit que la France» sortira de l’euro. Difficile à suivre.’’ Elle peut renier aujourd’hui ce qu’elle a dit hier de toute façon qui retient ce qu’elle dit, les marinâtres sont anesthésiés.
    Ce qu’on peut retenir finalement c’est que le pseudo-programme du FN est très, très élastique.
    Le FN est en détresse pour aller jusqu’a proposer à Mélanchon «c’est l’essentiel qui est aujourd’hui en jeu. Mettons les querelles et les divergences de côté. Nous aurons l’occasion après l’élection de reprendre les discussions sur les sujets de fond», plaide telle. Autrement dit votez pour moi accordez moi un chèque en blanc, nous verrons après.
    Les sujets de fonds, mais elle évite sans arrêt, de les aborder parce quelle n’a pas de réponses cohérentes.
    Un porte-parole du tribun de la gauche radicale, a également rejeté cet appel. «Ma réponse: la première marque de l’insoumission, c’est de refuser le fascisme. No pasaran ! (…)», a-t-il écrit sur Twitter. reb/frd/blb/mw/ib (afp/nxp)
    Il ne suffit pas de répéter ad libitum quelques slogans (« patriotisme économique », « priorité aux entreprises françaises »)
    Quand elle présente le FN comme « le premier parti ouvrier de France », ses dirigeants eux roulent plutôt sur l’or. Car, si Marine Le Pen s’est découvert une fibre sociale sur le tard, elle aime le luxe.
    Le national socialisme c’est le repli sur soi et la haine des autres. Cela ne peut finir que dans la violence.
    Même si cela n’est pas un choix d’affinités, voter E. Macron par raison pour France.

    J'aime

    Réponse

    1. La conférence des évêques ne m à pas satisfaite.Les qualités requises sont trop exigeantes.
      Je préfère la discrétion du Pape qui ne connaît pas la France sauf un pays anticlerical qu’ il n’a pas envie de considérer.Et je comprends.

      J'aime

      Réponse

    2. je ne suis pas d accord.
      Marine défend la France mieux que quiconque de nos politiques.
      les migrants sont chez nous avec les autres populations qui passent les frontières en voiture et pillent le pays.Les vêtements musulmans pullulent.
      On se croit à Bagdad pas À Paris.

      St Louis n a pas fait des croisades pour cela.
      L euro des banques a fait plus de mal que la monnaie nationale.

      Richesse par la BCE et pauvreté.Désertification pour le Chine et les autres émergents.

      Et cette inégalité à été impulsée par L union
      européenne.

      Ma ton va aggraver en supprimant les acquis sociaux et en focalisant les charges sociales.

      J'aime

      Réponse

  4. Pie IX a donné une définition célèbre du suffrage universel.
    « Le suffrage universel, a-t-il dit, est un mensonge universel »…

    En effet, le suffrage universel est le mensonge universel parce qu’il livre le gouvernement de l’État aux hommes de mensonge et en écarte les hommes de la vérité. Mais surtout, il est un mensonge universel parce qu’au lieu d’être l’expression véritable de la volonté populaire, il n’en est qu’un signe apparent.

    http://www.democratie-royale.org/2017/04/le-suffrage-universel-est-un-mensonge-universel-pie-ix.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

    J'aime

    Réponse

  5. je ne veux pas voter M L P, et je n’arrive pas à voter Macron, qui représente tout ce que je n’aime pas : GPA ! MPA ! euthanasie ! l’immigration qui est une chance pour nous, ses soutiens qui je hais dont le 1er Bergé etc…… de plus il se sait pas s’exprimer ! Que dois je faire ?

    J'aime

    Réponse

    1. Après avoir vu le débat entre les deux candidats, le choix doit être plus facile, non!
      Marine Le Pen a constamment cherché à abaisser le niveau du débat pour le placer à l’étage qui est le sien. Attaques ad hominem, ricanements permanents et sourires méprisants faisaient apparaître une femme politique déplaisante, à la limite de la vulgarité. Pour un grand nombre de téléspectateurs, la médiocrité éthique du personnage apparut ainsi au grand jour et on a découvert ses insuffisances.
      Nombreux sont ceux qui ont perçu l’escroquerie politicienne portant la marque Front National à cette occasion. On peut être révulsé par la manière de se comporter de Marine Le Pen à ce niveau de responsabilité. Elle était intellectuellement mauvaise durant ce débat.
      Chasser le naturel il revient au galop Mme Le Pen reste une Le Pen.
      26/04/2016 : Le Conseil régional Hauts-de-France transformé en cour de récréation .
      Cris d’animaux, insultes, gestes déplacés : on a tout vu et entendu au cours de cette séance. Quand Frédéric Leturque (UDI) prend la parole, Marine Le Pen (FN) fait des bruitages de succion ou des gestes imitant la brosse à reluire pour le moquer. Comportement inacceptable de Mme Le Pen qui ne respecte rien, ni personne.

      Ce débat fut le plus exécrable de tous les débats de second tour depuis 1974, date du premier d’entre eux en tirant le niveau vers le bas pour des raisons électoralistes, la candidate du Front National n’a pas fait honneur à son pays.

      Voter pour E. Macron même si cela n’est pas un vote d’adhésion, mais un vote de raison.

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s