Le Temps des vautours

Ils tournent et tournent encore depuis des jours et des jours comme les aiguilles des pendules qui mesurent le temps que consacrent des journalistes bien disciplinés à nous persuader qu’il existe une affaire Fillon, aussi épouvantable pour la France qu’est extraordinaire la chance offerte aux français par la candidature de l’Emmanuel, qui veut dire, je le rappelle « Dieu avec nous » (en hébreu).

La chaîne BFMTV se place en première ligne de ce prophétisme incantatoire. Sans doute parce que son patron connaît bien le prophète Isaïe et est sensible à son message ! J’en rappelle un court extrait : « Voici que La jeune fille est enceinte et enfante un fils et elle lui donnera le nom d’Emmanuel. De crème et de miel il se nourrira, sachant rejeter le mal et choisir le Bien. » (Isaïe 7, v 14-15). La crème et le miel ne sont point des spécialités lyonnaises, le Jésus de Lyon – qui est un saucisson – oui ! Et peut-être que pour le propriétaire de BFM TV, le signe de l’Emmanuel éveille quelque reconnaissance, consécutive à un bon choix. Dans la prophétie, Emmanuel choisit le bien ! Aussi la « foi » du bénéficiaire du bon choix est-elle communicative ! Songez-y, les journalistes de ce groupe « charismatique » lisent même dans les pensées des hommes politiques, tout comme Jésus le faisait en son temps ! Eux, et d’autres aussi, soyons justes, ont par exemple affirmé que le président du Sénat avait été mandaté pour dire au candidat Fillon de se retirer ! En bon protestant, Monsieur Gerard Larcher connaît bien sa Bible ! On ne lui fera ni le coup du Père François, ni le coup du prophète Isaïe. Le signe de l’Emmanuel le laisse de marbre, mais pas au point de garder un silence figé ! Il a protesté, comme je me permets de le faire aujourd’hui. Car il faut bien comprendre qu’il y a deux problèmes : l’affaire Fillon médiatisée, d’une part, et d’autre part la question de l’emploi de membres de sa famille par le candidat et leur rémunération.

Deux mots tout de suite sur ce dernier aspect des choses et je serai rapide parce que c’est dans les mains de la justice, que les vérifications sont faciles à faire et que le candidat Fillon n’aura aucun mal à s’expliquer. Beaucoup de parlementaires travaillent avec des membres de leur famille, et il faut leur en laisser la possibilité, car trouver des gens de confiance n’est point aisé ! Que d’exemples dans le monde politique actuel, et pas seulement là ! Ensuite, Il y a les chiffres. Je dirai simplement que si l’on veut être juste, il faut donner la rémunération nette et non brute, et prendre en compte le travail fourni, non rémunéré pendant un certain temps ! Et que dire de la « pitoyable » preuve que constitue l’interview de Madame Fillon, propos liés à un contexte précis en 2007, et qu’on applique à l’affaire qu’on s’est efforcé de construire ? Le moment arrive où les intéressés vont pouvoir faire la lumière sur tout cela, je l’espère fortement du moins, n’ayant pas le don de lire dans les pensées !

Pour l’affaire médiatique, point n’est besoin d’attendre, ni d’avoir des dons paranormaux pour s’indigner ! Le contenu des révélations du Canard enchaîné était forcément connu depuis longtemps, comme des situations analogues concernant d’autres hommes politiques. Si nos nouveaux Zorros avaient eu comme premier souci de dénoncer une malhonnêteté dans l’intérêt de la France, que ne l’ont-ils fait beaucoup plus tôt, quand par exemple, la candidature de Monsieur Fillon s’est révélée comme certaine ? Cela aurait évité le risque toujours funeste du brouillage d’une consultation électorale importante. Dans un pays en guerre avec le terrorisme que l’on sait, en proie à des tensions violentes, dues pour une bonne part à l’incapacité du pouvoir exécutif, lesquelles nous rapprochent de plus en plus de la possibilité de la guerre civile, le sens civique commandait d’agir autrement ! Mais on se moque bien de la vertu et de la morale, tout autant que de la France, chez les concepteurs de l’affaire et de son lancement.

On veut abattre un homme, au profit d’un autre, on occupe le terrain des médias qui ne demandent que cela ! Voilà pourquoi les vautours tournent depuis si longtemps. Ils n’auront pas le cadavre escompté, et ils auront donc toujours faim ! Surtout qu’ils se seront beaucoup fatigués. Ils seront tentés de se trouver d’autres proies. À moins qu’une main ferme puisse les contrôler ? L’avenir le dira !

Publicités

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s