Sous le soleil de Médée

L’obsession de la libération des femmes par la vertu de l’avortement qui semble bien habiter l’esprit des ces « Drôles de Dames », ministres d’un régime qu’on espère finissant, m’oblige à chercher au delà du « rationnel » les motifs de leur attitude ! François Mitterrand qualifiait le gouvernement du général de Gaulle de « coup d’état permanent », on pourrait donner à celui auquel ces ministres participent celui de « transgression permanente » ! Avec en prime une émulation constante fournie par le président dont le chef d’œuvre sera sans doute l’ouvrage des deux journalistes du journal Le Monde, mais le quinquennat n’est point terminé ! Notre président est un homme de ressources… Peut être alors que le tandem Touraine-Rossignol veut faire mieux, avec l’aide de Madame le député Coutelle. Car si la loi du délit d’entrave à l’avortement est liberticide et porte gravement atteinte au respect de la liberté de conscience, elle a été présentée sur le plan médiatique par « les perroquets et autres plumitifs stipendiés » d’une manière que les plus sombres maîtres des propagandes totalitaires n’auraient pas reniée.

Dans ce que j’ai écouté et lu, aucun argument expliquant les dangers de l’avortement que développent les sites d’Internet visés par la loi n’a été présenté ! Je n’ai été mis en présence que de caricatures, sans compter ce qu’on laissait entendre des responsables de ces sites, décrits comme des gourous illuminés, poursuivant et persécutant les femmes qui avaient eu le malheur de leur téléphoner. Cela faisait irrésistiblement penser aux jeunes piégés sur la « toile » et qui, croyant téléphoner à un copain de leur âge, tombaient sur un pédophile prédateur ! Aussi me suis-je posé la question des limites de la raison, pour les politiques seulement, car il y a longtemps que je ne m’interroge plus pour les médias dont je viens de parler. A la vérité, je me posais la question depuis plusieurs années devant la trahison complète de ce qu’avait été le discours de Simone Veil en 1974 devant l’Assemblée Nationale. Et ce d’autant plus que les chantres modernes de l’avortement s’obstinaient à se réclamer d’elle, ce qui est conforme à la manie de transgression que j’ai évoquée plus haut.

Oh, comme Luc Ferry a raison d’évoquer les mythes grecs, aussi fondateurs de notre culture que la Bible ! Médée est surtout passée à la postérité pour avoir tué ses enfants par dépit vis-à-vis de Jason, leur père qui l’avait délaissée. Peut-on, comme le docteur Antonio Andreoli, actuellement psychiatre à Genève, parler de syndrome de Médée ? Voici un extrait de son propos : « Que Médée déchire ses entrailles et tue ses enfants, ou qu’elle essaie de priver son conjoint de ces derniers, une même nécessité arme sa main ou instrumente ses ruses. C’est l’image d’un enfant humain produit de l’amour des parents qu’elle vise et, avec lui, le scandale de ses impérissables vicissitudes de ce même amour que nulle sorcière ne saurait tolérer. » Aldous Huxley dans son roman le meilleur des mondes prévoyait déjà une procréation qui exclue les rapports sexuels de l’homme et de la femme. C’était l’ère de l’éprouvette, permettant à un Etat omnipotent de mieux contrôler le genre de population qu’il voulait avoir. Plus de famille non plus pour empêcher de formater ce nouveau type d’humains ! Dans ce monde « parfait », toutes les bibles avaient été détruites ! Une seule subsistait, enfermée dans un coffre fort soigneusement gardé !

La lumière de Médée fait passer à un stade au dessus. L’infanticide qu’est l’avortement a d’abord été présenté comme une détresse dont il fallait limiter les conséquences ! C’est maintenant un droit fondamental de la femme qui laisse à croire que la première préoccupation d’une femme enceinte est de savoir comment elle peut avorter ! Et s’il lui vient l’idée saugrenue de vouloir se renseigner sur les conséquences de cet acte, malheur à elle et à ceux qui lui parleraient de risques ! Ils se dressent contre le credo avorteur de cette République-Moloch à qui il faut sa ration annuelle de fœtus à incinérer ! Faut-il alors parler de syndrome de Médée comme le docteur Andreoli : « Les études psychanalytiques ont insisté sur le lien entre le fonctionnement de Médée et un complexe inconscient caractérisé par une hostilité prononcée envers le sexe masculin (envie du pénis). Le propos de priver l’homme de sa descendance relèverait de l’intention de le priver de sa puissance (pénis enfant, et vice versa) et donc de le châtrer… ». Comme quoi les mantes peuvent être religieuses et laïco-socialistes ! Pour les hommes et leur progéniture, même danger ! Et à quel lobbies pense notre docteur quand il écrit : « Médée jouit du soutien d’un entourage qui forme autour d’elle une « pseudo communauté » l’aidant à atteindre ses buts. Dans notre société multiculturelle, cela se nourrit de l’affrontement des cultures inconciliables chez des groupes fermés. »

Je n’irai pas plus loin dans ce domaine de la psychanalyse que je connais mal, mais je ne saurais trop inviter mes lecteurs à réfléchir aux problèmes soulevés et pourquoi pas à lire le docteur Andreoli. Quant à Madame Rossignol, plutôt que d’envoyer ses contradicteurs en prison, je lui suggère plus de charité en allant jusqu’au bout de son raisonnement, par l’absurde, évidemment. Qu’au titre de son ministère des Droits de la femme elle institue une décoration : la médaille d’amazone dans l’ordre de Médée ! Avec palmes possibles bien sûr, selon le nombre d’avortements accomplis. Elle achèverait logiquement et glorieusement le cycle de la transgression qui fut « l’obscure clarté » du quinquennat auquel elle a participé.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s