C’était le rossignol et non pas l’alouette

C’est par ces paroles que Juliette essaye de retenir Roméo auprès d’elle dans la célèbre pièce de Shakespeare (acte III 5). Les ténèbres sont toujours là, l’alouette, l’oiseau de la lumière naissante, n’a pas chanté, mais simplement le rossignol qui peut faire entendre sa voix dans la nuit ! Mais Roméo a tout de même des doutes ! Il s’avérera que c’est bien l’alouette qui s’est manifestée, signalant l’arrivée du jour, rapportant avec lui la claire vision d’antagonismes irréconciliables, dont l’opposition des familles des deux amants, Capulet et Montaigu, est le symbole.

Nous entendons depuis un moment un autre Rossignol, qui a pour prénom Laurence et qui s’occupe des droits des femmes comme Ministre des familles et de l’enfance. Et là, pas de doute possible, ce n’est pas l’alouette ! Son discours est celui des ténèbres, de la culture de mort dont parlait Saint Jean Paul II. Cantatrice Soprano colorature, elle chante l’avortement avec autant de force contre ses détracteurs que la Reine de la nuit de la Flûte enchantée avec ses cris de haine contre Sarastro ! Mais là, qu’elle le veuille ou non, ce sont de futurs bébés qu’elle encourage à supprimer ! Tout comme à poursuivre en justice les associations et personnes qui entraveraient cette solution finale pour la libération complète des femmes, que serait l’avortement pour toutes.

L’avortement facile, sans complexe, quand on veut, où on veut, et à n’importe quel mois de la grossesse. La clause de conscience pour les médecins ? Sans valeur ! Elle s’oppose aux droits du peuple, à l’égalité entre l’homme et la femme. La république de Madame Rossignol n’a pas besoin de conscience, comme celle de Coffinhal (juge au tribunal révolutionnaire) qui condamna Lavoisier à mort, n’avait pas besoin de savants ! Les Roméos peuvent donc continuer leurs ébats avec leurs Juliettes ! Avec ce « rossignol », la nuit continue, masquant les oppositions entre les héritiers de la « morale » des Lumières et ceux qui se disent héritiers de la morale chrétienne. Et là, ce sont certains tenants du catholicisme « théologiquement correct » que je vise.

En 2012, connaissant les projets de lois sociétales du candidat socialiste, ils ont fait voter pour lui ! Le jour n’étant pas venu, pourquoi ne continueraient-ils pas ? Pour lui, ou un autre, à gauche comme à droite, car la culture de mort est payante sur le plan électoral, elle draine toujours des voix ! Les « Roméos » peuvent donc, pour l’instant, toujours courtiser Juliette-Marianne, aux seins nus, pour reprendre l’expression de notre premier ministre ! Mais pour l’intérêt de la France où est l’avantage ? Madame Rossignol croit-elle que ses menaces vont impressionner les catholiques de France qui entendent rester fidèles au Magistère de Pierre ? Et il y en a encore ! Certainement plus qu’en 1974, à la veille du vote de la loi Veil qui, je le rappelle au passage, n’était pas du tout dans le même ton que les objectifs de Madame Rossignol.

Je continuerai donc dans l’exercice de mon ministère à expliquer aux femmes les risques de l’avortement qui sont de mon ressort de prêtre, à savoir la rupture avec l’Eglise, par une excommunication automatique, un remord qui les marquera longtemps sinon à vie, et tous les risques de la colère de Dieu. Et ces derniers valent encore plus pour les apologètes de l’avortement ! Même chose pour leurs complices ! J’attire aussi l’attention des catholiques de France, comme aussi des autres français qui accordent quelque valeur au respect de la vie, sur le fait que la lutte contre le terrorisme forme un tout. Mais avant d’aborder cette question, pour conclure, je veux en revenir à Madame le Ministre Rossignol.

Issue de la LCR elle s’est ralliée au parti socialiste issu du Congrès d’Epinay (1971), parti « ramasse miettes », comme l’avait qualifié le regretté Jacques Dominati, machine à gagner les élections, conçue et réalisée par le génial François Mitterrand. Les plus intelligents des trotskistes, forcément les plus affamés de pouvoir, y ont trouvé le bouillon de culture rêvé pour renverser en « douceur » une société qu’ils détestaient. Certains se sont convertis en cours de route « Deo gratias » ! D’autre non, utilisant avec art la tactique du brouillage et des alliances « objectives » dont cette chapelle marxiste a le secret. J’ai pris conscience de cela en mai 1968 dans les amphis de La Sorbonne. Madame Rossignol a appliqué intelligemment cette méthode, comme sénateur, sachant faire parler d’elle, en bien comme en mal, plaçant en avant son « faire savoir », incontestable pour mieux ensuite jouer de son « savoir faire », moins évident, selon les priorités qu’on accorde à la morale. Son projet de répression contre les adversaires de l’avortement vient d’être repoussé par le Sénat ! Mais il est dans les tuyaux ! Et pour une spécialiste des méthodes trotskistes, c’est ce qui compte. Un projet terroriste a été présenté et a eu l’honneur d’être discuté au parlement ! Voila l’important ! Demain cette pierre du refus (sénatorial) peut être un point d’appui pour une surenchère !

Mais ce que cette proposition du ministre révèle surtout, c’est l’incapacité congénitale du régime actuel à lutter efficacement contre le terrorisme ! Deux cent quarante mille avortements par ans en France, c’est deux cent quarante mille actes de terrorismes opérés dans le ventre des femmes en toute légalité, comme l’a dit, à juste titre, un de nos courageux évêques ! Un Etat ne peut avoir une loi qui permette cela et une autre qui condamne le terrorisme meurtrier au Bataclan, à Nice et à Saint Etienne du Rouvray, pour ne prendre que les exemples les plus récents, qui hélas ne seront pas les derniers ! Aussi n’est-ce pas une contradiction que d’avoir un gouvernement capable d’endiguer le terrorisme et de le combattre, par de bons gendarmes, une bonne police, de bons militaires, de bons services de renseignements, mais incapable de donner le suivi judiciaire qui convient ! Au fil du temps cette faiblesse mettra tout le peuple français en danger et au delà ! Il y a bien sûr de multiples causes à cette paralysie de l’appareil judiciaire. Pour moi, les juges, dans leur grande majorité, n’en sont pas responsables. Ce qui n’est pas le cas des politiques, ceux qui sont au pouvoir en particulier, victimes, complices, ou manipulateurs des idéologies contradictoires du parti « ramasse miettes » qui les a portés au pouvoir. Madame Rossignol est une parfaite illustration de cette culture du terrorisme, quelles qu’en soient les formes, par les idées répandues ou par les bombes ! Pour que l’ultra gauche vive, le terrorisme est nécessaire ! Ce n’est pas nouveau ! Les jacobins l’avaient compris il y a plus de deux siècles. Lénine, Staline, et Hitler « perfectionnèrent » le système ! On peut toujours faire mieux, en invoquant bien sûr toujours de bons prétextes, propres à s’agréger des idiots utiles ! Le « vivre ensemble » pourrait être un beau thème de rassemblement ! Mais il en sera de Madame Rossignol comme de l’oiseau de Shakespeare : une fausse espérance ! L’alouette se fera un jour entendre sur cette vielle terre de France, profanée par ses dirigeants, à qui la mort de deux cent quarante mille enfants ne suffit pas ! Il en faut beaucoup plus, de par la loi, pour banaliser la transgression : le meurtre de l’enfant dans son sanctuaire naturel, le ventre maternel ! Cela aidera, à l’avenir à mieux accepter les égorgements de prêtres, et de chrétiens dans leurs sanctuaires ! Cela dispensera certains d’une messe ! Les victimes du terrorisme devenu légal seront pour la république laïque « morts sans sépulture », comme les milliers de fœtus incinérés que Marianne n’aura pas nourri de son sein.

Publicités

7 commentaires

  1. Merci Père de cette nouvelle et brillante prise de position.
    Pour autant comment des Catholiques et encore plus des Ecclésiastiques peuvent-ils en conscience se rendre complices de ces TUERIES.
    Spécialement en participant avec une volonté farouche, à cette mascarade ou Ils, ou Elles offriront leur suffrage à tel, ou tel politicien (aux ordres) instigateurs de cette inadmissible transgression ? Tous, sauf peut-être un (mais qui n’a aucune chance de franchir la ligne d’arrivée), TOUS ont en effet participé à une gouvernance qui a encouragé, d’une façon ou d’une autre ces Crimes. Par leurs votes ou leurs prises de positions politique. Crimes qui peuvent se perpétrer jusqu’au 9°mois de la grossesse en toute « légalité ».

    Soyons des Millions à choisir le bulletin Nul, à glisser une photo d’un enfant assassiné par démembremnt ou empoisonnement dans nos enveloppes bleues !!! Nos plus de 9 500 000 petits assassinés, depuis 1975, méritent bien cette action qui doit être encouragée.

    La Vie – Deus lo vult !!!

    J'aime

    Réponse

  2. Merci pour ce billet qui donne un peu d’espoir dans ce pays gangrené par des politiciens au choix avec conviction mais sans volonté, soit avec conviction, mais une conviction d’enfer, de ténèbres.

    J'aime

    Réponse

  3. Le « raisonnement » de Hugo de Jonge que j’ai rapporté, est qu’un être qui n’existe pas (mais qui est tout de même appelé bizarrement « enfant » , j’ai vérifié l’exactitude de la traduction en regardant l’original néerlandais tellement tout ça est énorme) a le « droit » de ne pas exister.

    On est plutôt habitué à lire que la femme enceinte a le « droit » de supprimer un embryon ou un fœtus, soit parce que c’est une partie de son corps (qui lui « appartient »), soit parce qu’elle est en état de « légitime défense » contre un « agresseur » en elle, soit parce que l’entité en question est simplement un amas cellulaire, comme une tumeur.

    Mais maintenant, innovation. spectaculaire, c’est cet « enfant », au demeurant inexistant, qui se voit attribuer le « droit » de ne pas exister.

    La Nef des Fous poursuit sa navigation.

    J'aime

    Réponse

  4. – Ce que vous continuerez à dire aux femmes : ok mais plus que tout ne pas oublier de leur dire qu’elles s’infligeraient une terrible blessure et, si elles sont passées à l’acte que le pardon divin peut exister (cf. meredemisericorde et chemin de la consolation),
    par contre pour les apologètes et complices il me semble qu’il faut être impitoyable.
    – Vous parlez de l’avortement comme étant un acte terroriste, ce qui est vrai : je vois que vous n’avez pas peur de prendre un coup de crosse (cf Cal Barbarin avec votre collègue Hervé Benoit) et merci de compenser la lâcheté de nos pleutres et puissants épiscopes.
    – Depuis les déclarations du pape le 2/10/16 sur le gender, Rossignol+Belkacem+Touraine sont devenues déchaînées et folles furieuses : peut-on parler objectivement d’infestation du démon Asmodée (mauvais ange anti-famille, cf livre de Tobie), qu’en pensez-vous ?

    J'aime

    Réponse

  5. Hugo de Jonge, échevin de Rotterdam (chargé des questions de jeunesse) avance une proposition :

    http://www.bfmtv.com/actualite/la-ville-de-rotterdam-veut-imposer-la-contraception-aux-femmes-incompetentes-1044184.html

    Explication :

    « Grandir sainement et en sécurité est également un droit que les enfants doivent recevoir. Nous choisissons pour les enfants, donc certains enfants ont le droit de ne pas naître. »

    M. de Jonge, non content d’être un logicien et un moraliste hors pair est membre de l’Eglise protestante dans les Pays-Bas.

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s