Vers une nouvelle affaire de poisons

C’est donc cette semaine que nos députés commencent à discuter de la fin de vie. Une soixantaine de députés socialistes se propose de déposer un amendement dans le projet de loi Claeys-Leonetti permettant l’euthanasie active. Ainsi, le droit de tuer deviendrait-il légal en dehors de la guerre et de la peine de mort, quand elle existe, ou encore dans le cadre d’une loi martiale. Restons en aujourd’hui aux buts de nos législateurs !

Que cherchent-ils, alors qu’une loi existe déjà sur la fin de vie avec les soins palliatifs ? Bien appliquée, elle répond pratiquement à tous les problèmes posés par la souffrance des malades en phase « terminale ». Mais, cette loi Leonetti (ancienne) n’est pas toujours appliquée pour toutes sortes de raisons, certaines diamétralement opposées ; on préfère laisser souffrir, soit pour ne pas porter atteinte à la vie, même indirectement, ou à l’inverse pour provoquer ce qui se passe aujourd’hui : la demande de l’euthanasie ! Et cela avec l’excuse hypocrite de soulager !

La réalité est à mon sens plus triste. Consciemment ou non, les familles sont gênées par les gens qui souffrent et qui n’en finissent pas de mourir ! Même chose pour les médecins et les hôpitaux, ils encombrent ! Pour l’Etat, ils coûtent cher, pour rien. Sont-ils d’ailleurs encore humains ? La question peut se poser à partir du premier article de la déclaration des droits de l’homme de 1789 ! Relisez ce qui est dit de l’égalité et de la liberté liées au critère d’utilité à ses semblables ! Le mourant n’est plus un « homo economicus ». S’il n’a pas d’argent, il est inutile et, pour les autres comme pour lui, il vaut mieux qu’il meure ! S’il a de l’argent, il doit mourir encore plus vite, son argent dormant pourra ainsi être réinjecté dans l’économie par les héritiers ! L’amendement des soixante socialistes ne sera plus seulement un permis de tuer, mais l’autorisation d’assassiner légalement ! Et voila la nouvelle affaire des poisons qui m’oblige à dire quelques mots de l’ancienne.

Cette « ancienne » affaire des poisons débuta vers 1674 par des morts suspectes, l’emploi de « filtres d’amour » dont même le roi fut victime et des messes noires (on croyait encore en Dieu et au diable !). Les gens mouraient à tout âge – mais on était vieux à 40 ans à l’époque – et avaient pour particularité de laisser des héritages ! Ils mouraient sans éprouver les affres de la vieillesse, dans la dignité en quelque sorte ! On appelait le poison : la poudre de succession ! Car on maniait aussi bien le français que les substances mortelles en ce temps là ! La marquise de Brinvilliers se distingua dans cette « pieuse » et « charitable » entreprise en envoyant dans un monde meilleur une bonne partie de sa famille ! La justice du roi la fit décapiter, noblesse oblige, le 16 juillet 1676. Il n’en fit ni un ministre de la santé, de la famille ou des personnes âgées ! En cette période de « journée de la femme », je songe à cette marquise ! La majorité qui nous gouverne et qui se plait tant dans la transgression, qu’elle confond systématiquement avec libération, devrait réhabiliter Madame de Brinvilliers. Pourquoi ne pas placer sa statue à la place de celle de la Vierge Marie qui offense l’espace laïc d’un square d’une de nos villes de province ! Le tribunal administratif a déjà décidé le départ de cette statue. De plus le 16 juillet (mort de la marquise) est une bonne date, à deux jours du 14 ! Des représentants de la Libre pensée et de l’Association du droit de mourir dans la dignité feraient un dépôt de gerbes pour cette nouvelle statue du square Brinvilliers ! Un club pourrait être créé, composé de tous les parlementaires ayant voté l’euthanasie. Et je suis sur qu’ils trouveraient bien un confrère pour célébrer une messe noire, pour honorer comme il se doit l’événement !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s