Parole de la semaine – 3e dimanche du temps ordinaire

La lecture du livre de Jonas nous rappelle fort opportunément la nécessité pour l’Eglise de faire entendre quelquefois une parole sévère exhortant à la conversion. De tout temps les candidats à ce ministère ne se sont jamais « précipités », Jonas en est un bel exemple ! Extrait :

Au niveau de la parole prêchée seules l’eau bouillante ou l’eau glacée produisent des réactions, l’eau tiède, aucune ! Elle a la température du vomi, c’est tout dire !

Parce qu’il est dur par fidélité à ce que Dieu lui a commandé, Jonas convertit tout le monde et c’est d’abord le roi, le chef de l’Etat, qui donne l’exemple, se dépouille des signes de sa grandeur et de son autorité pour faire pénitence d’une manière visible. Et comme l’exemple vient de très haut, il est contagieux et tous, hommes et bêtes, participent à un jeûne total et une pénitence publique. Cela amène me semble-t-il à une considération toujours actuelle.

Si l’on doit distinguer le pouvoir temporel du pouvoir spirituel, on ne peut les séparer dans la vision chrétienne du monde. Un chef d’Etat, quel que soit son titre, doit donner l’exemple à son peuple et c’est pour lui un devoir d’autant plus pressant qu’il ne peut pas avoir de vie privée ! Là encore prétendre le contraire est un leurre, en effet quand on incarne et représente un pays on doit renoncer à sa vie privée. Ne pas vouloir le faire c’est vouloir le beurre et l’argent du beurre. Nos rois le savaient et en tenaient souvent le plus grand compte, tout comme par la suite nombre de nos grands présidents de la République. Et il s’est longtemps trouvé des Jonas pour avoir des paroles sévères qui ne ménageaient personne et qui pouvaient même convertir des chefs d’Etat et les amener à dire : « qui sait, peut-être Dieu se ravisera-t-il, reviendra-t-il sur sa décision et retirera-t-il sa menace, ainsi nous ne périrons pas. » (Jonas 3, 9). Autre verset d’ailleurs que notre lectionnaire a omis !

On ne veut pas que Dieu menace. Alors il ne faut pas s’étonner qu’il n’y ait que peu de candidats pour transmettre les menaces de Dieu. Et ils sont nombreux les sujets sur lesquels Dieu aurait à faire des reproches aux Français et à ceux qui les gouvernent, pour nous limiter à notre pays. Il y a eu pourtant des sursauts ces temps-ci. Mais comme nous sommes loin d’une unité religieuse de condamnation de certaines dérives mortelles, et par voie de conséquence loin aussi du repentir unanime des ninivites !

Et pourtant Dieu a pardonné à Ninive. Ce qui déplût à Jonas qui, oubliant à nouveau que Dieu est Dieu, ne pensait plus, cette fois encore, qu’à lui : être pris maintenant pour un prophète de mensonge ! Et nous découvrons là enfin la vraie raison de la crainte qui la première fois l’avait poussé à désobéir. L’orgueil spirituel humain comme obstacle à l’enseignement de la vérité divine. C’est là depuis les origines de l’humanité ce qui fait obstacle à Dieu et fait le jeu du diable. C’est le péché originel produit par le désir de l’homme de prendre la place de Dieu et cela s’est répété tout au long de notre histoire quand on a voulu limiter le pouvoir divin, comme Jonas, et finir en fin de compte par le chasser et l’oublier comme on le fait aujourd’hui. C’est pourquoi je dis très clairement que si l’on persévère dans cette attitude sacrilège, il ne restera plus qu’une seule question à se poser : combien de temps dureront pour notre monde les quarante jours de délai annoncés par Jonas avant la grande destruction ?

(Extrait du livre « A l’écoute de la Bible, homélies Dimanches et fêtes – Année B », Artège 2014)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s