Je m’appelle Marie

Je m’appelle Marie !

Dès que l’ange m’a saluée à Nazareth, j’ai été troublée tant par la forme que par le fond de ce qu’il m’annonçait. Cela allait contre l’ordre de la nature et ne pouvait que m’attirer des ennuis, la mort même ! Mais je sentais que ces paroles venaient de Dieu, j’ai eu confiance et j’ai cru ! Je n’en ai parlé qu’à Joseph mon fiancé. Nous avons fui toute publicité, et nous n’avons jamais songé à chercher à faire de Nazareth la capitale du royaume juif, et encore moins celle du monde !

Je m’appelle Marie !

Mon premier acte a consisté à aller voir ma cousine. Plus âgée, elle ne pouvait qu’être plus ennuyée que moi par cette naissance tardive. Avec de plus un mari prêtre ! Les gens sont si prompts à caricaturer. Je venais pour aider à la suite d’une intervention divine dérangeante ! J’ai effectivement accompli cette mission mais en recevant en plus la confirmation de la vérité qui m’avait été annoncée. Elle en était bien au sixième mois et son enfant a salué le mien. J’ai rendu grâce.

Je m’appelle Marie !

Mon accouchement à Bethléem, cité de David, ne m’a pas tourné la tête, la venue des Mages avec leurs cadeaux précieux ne m’a fait croire à aucun moment que de Jérusalem viendrait une marche messianique. Les Mages d’ailleurs n’y sont pas retournés et je ne m’étonnais pas que Joseph, à la suite d’un songe, nous entrainât vers l’Egypte. Ne nous fiant qu’à Dieu et non aux apparences humaines, nous évitâmes les égorgeurs d’enfants envoyés par Hérode.

Je m’appelle Marie !

Plusieurs fois je fus décontenancée par mon fils, quand à 12 ans il traina au Temple, tout comme aussi à sa première prédication à la synagogue de Nazareth. Je repassais dans mon coeur tout ce qui m’avait été dit sur lui, j’essayais de le comprendre parce que je l’aimais !

Je m’appelle Marie !

L’amour que je lui ai toujours porté me donnait la conviction que ce sentiment était aussi premier chez lui. D’où ma demande à Cana, qui entraina son premier miracle, et ma présence auprès de la croix. En me confiant à son disciple bien aimé, il m’a faite la mère de tous chrétiens.

Je m’appelle Marie !

Le Concile d’Ephèse m’a proclamée Mère de Dieu en 431, le roi Louis XIII reine de France en 1638 et le Pape Pie XI patronne principale de la France en 1922. Mais le peuple chrétien, surtout celui de France, avait ressenti mon amour maternel pour lui, ainsi que la certitude des secours que je lui accorderais quand il se tournerait vers moi. Saint Bernard de Clairvaux eut raison de le rappeler dans le célèbre discours « Personne n’a jamais entendu dire….. »

Je m’appelle Marie !

Que chacun donc à l’invitation du Cardinal Archevêque de Lyon entre dans la neuvaine de prières qu’il a demandée. Que personne parmi les chrétiens ne se laisse tenter par les faux dieux de ce monde qui ne règnent que par le mensonge, la contradiction et l’hypocrisie. Ainsi Marie se présentera devant son fils Jésus les mains remplies de nos prières et Il les exhaussera.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s