Parole de la semaine – Baptême du Seigneur

Le texte de l’évangile du jour nous invite à réfléchir à l’importance des sacrements dans notre vie de chrétien :

Ce texte de saint Marc nous place devant le baptême du Seigneur, le baptême dans l’Esprit Saint, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il a un caractère de nécessité pour entrer dans la vie éternelle en déchirant les cieux. Je n’ai pas parlé de condition sine qua non, mais de nécessité, car nul ici bas même le plus haut placé dans l’Eglise ne peut assigner des limites à la miséricorde de Dieu ! Aussi on comprendra volontiers que je regarde à plus forte raison comme scandaleux le comportement de ceux qui veulent multiplier les obstacles entre la demande du baptême et sa célébration. Ils me font penser aux disciples qui empêchaient les petits enfants d’approcher Jésus, et le Christ répondait : « Laissez les petits enfants venir à moi, ne les empêchez pas car le royaume des cieux est à ceux qui sont comme eux » (saint Marc 10,14).

Cela s’applique aussi aux moins jeunes dont on fait attendre bien trop longtemps le baptême ou la confirmation. Il faut le temps du discernement me dira-t-on ! Mais que fait-on alors de la grâce qui découle des sacrements ? Il me semble qu’il est de bonne théologie catholique que de croire qu’un baptisé sera mieux aidé à approfondir la grâce de son baptême qu’un non baptisé car il aura vécu la même chose que Jésus en sortant des eaux du Jourdain, c’est à dire une véritable création.

Et nous ne pouvons pas je crois spéculer sur les forces qu’en a tiré Jésus, mais ce qui est certain c’est que le pécheur qui reçoit les eaux du baptême meurt au péché et cela ne peut que l’aider à progresser dans la foi.

Au chapitre 6 de son Epitre aux Romains, saint Paul contemporain de saint Marc l’avait bien compris en parlant du baptême en termes d’initiation, ce qui était très compréhensible pour son auditoire, et il faut noter que beaucoup de chrétiens éclairés parlent aujourd’hui de mystagogie en évoquant l’initiation chrétienne comportant les sacrements du Baptême, de Confirmation et de l’Eucharistie. Encore faut-il croire que les sacrements agissent par eux-mêmes et qu’ils produisent beaucoup plus la foi qu’ils ne sont stimulés par elle. Sinon on tombe dans le pire des protestantismes, j’entends par là les formes les plus mauvaises bien éloignées des intuitions bien souvent justes de Luther au XVIe siècle sur la question des sacrements et de leur efficacité.

La grandiose déchirure des cieux et les premières paroles de la voix céleste doivent redonner aux chrétiens une confiance totale dans la grâce du baptême et les inciter à l’offrir avec la générosité la plus grande qui découle de l’amour de Dieu, loin des considérations en tout genre qui masquent en fait leurs doutes devant un miracle qui les dépasse et qui les confond dans leur manque de foi.

Quoi de plus stupide en effet que d’imaginer qu’un discernement humain puisse être plus fort que la grâce d’un sacrement ?

(Extrait du livre « A l’écoute de la Bible, homélies Dimanches et fêtes – Année B », Artège 2014)

Publicités

Un commentaire

  1. Ces merveilleux rappels de notre Foi. La Foi est un don de Dieu. Pour vivre, cette Foi a besoin de notre adhésion. Refuser le baptême c’est refuser un don de Dieu. Quelle époque orgueilleuse où l’homme veut se faire dieu et non laisser faire Dieu.

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s