Parole de la semaine – 4e dimanche de l’Avent

L’homélie de ce 4ème dimanche de l’Avent porte sur la 1ère lecture, 2 Samuel 7 v1…16. Il ‘agit de la célèbre promesse faite par le prophète Nathan au roi David. Après lui avoir interdit de construire le Temple, celui-ci lui annonce que son fils s’en chargera et que sa dynastie sera établie à jamais ! Au travers du problème de la visibilité du sacré, intervient la promesse divine qui va trouver tout son sens dans l’évangile du jour : l’Annonciation (Luc 1 v26-38). D’où ma conclusion :

« Je voudrais encore faire ressortir une autre analogie entre David et Jésus et le sacré visible qui leur est lié, idée esquissée au début de cette méditation.

David avait été oint par Samuel alors que Saül était encore roi. Et l’ascension de David commencera du vivant même de Saül, le roi officiel, qui finira par s’en apercevoir, cela aggravera sa folie et précipitera sa chute. Il n’empêche que David échappera plusieurs fois à la mort et connaîtra beaucoup de tribulations, mais il finira par être roi de tout Israël et fondera une dynastie solide par son origine divine, et elle se maintiendra malgré ses péchés, ceux de son fils Salomon et de ses descendants, et que quand elle cessera d’exister elle engendrera l’espérance messianique qui pour nous chrétiens trouve son accomplissement en Jésus.

Eh bien Marie, d’abord tout le temps de sa grossesse, puis Jésus dès sa naissance, représentent le nouveau Temple alors que l’ancien existe encore, le temple d’Hérode. Malgré sa beauté, il n’est déjà plus grand chose dès la présence du Messie, fils de David, nouveau temple, qui commence sa construction dans le sein de Marie. Il est l’équivalent de Saül par rapport à David, c’est l’opposition du légal au légitime qui normalement devraient rester unis.

Et c’est là toute la grandeur de la révélation biblique que d’affirmer la supériorité de Dieu sur toute hiérarchie humaine. Ce qui est légal perd toute légitimité dès qu’il s’oppose à Dieu, tant dans ses ordres de création que dans ce à quoi les consciences croyantes doivent obéir à partir de la révélation. Aucun chrétien ne peut transiger sur ce point, et ce à l’exemple de Jésus dont l’enseignement a eu finalement le dernier mot sur celui des représentants du temple illégitime. Ni l’un ni l’autre n’existent plus. Les Saducéens (les prêtres) n’ont pas eu de descendance spirituelle et le temple fut détruit et jamais reconstruit. Jésus quant à lui mourut mais ressuscita, et affirma par cette victoire sur la mort la force de sa prédication.

Que les ombres des nouveaux Saüls et autres temples hérodiens, fabriqués par notre monde tordu, ne nous troublent donc pas. Le baptême a fait de nous des membres d’un corps sacerdotal lié à un temple tous deux indestructibles. »

(Extrait du livre « A l’écoute de la Bible, homélies Dimanches et fêtes – Année B », Artège 2014)

Publicités

Un commentaire

  1. Merci de rappeler la valeur inestimable de la vie. Elle nous est donnée. Nul ne peut la reprendre. Ce que vous aurez fait aux plus petits, c’est à moi que vous l’aurez fait!

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s