atlantico.fr_pape_francois_hollande_rencontre

Depuis longtemps je voulais créer ce blog. Mais le temps et peut-être aussi le courage m’ont manqué. Ce qui me décide aujourd’hui c’est le visage du Saint Père recevant le 24 janvier dernier notre président de la république. Je laisse bien évidemment d’abord la parole à Dieu. En effet, en voyant ce visage de celui dont un des plus beaux titres après celui de Successeur de Pierre est « serviteur des serviteurs de Dieu », j’ai pensé à ces paroles que le prophète Isaïe place dans la bouche du serviteur de Dieu : « Je n’ai pas caché mon visage face aux outrages et aux crachats. C’est que le Seigneur me vient en aide : dès lors je ne cède pas aux outrages, dès lors j’ai rendu mon visage dur comme un silex, j’ai su que je n’éprouverais pas de honte. Il est proche celui qui me justifie ! Qui veut me quereller ? Oui tous ceux là comme un habit s’useront, la teigne les mangera » (Isaïe 50 v.6b à v.9)

Le Pape François qu’on a si souvent l’habitude de voir sourire n’a pas cédé aux convenances diplomatiques mondaines, il s’est d’abord et avant tout montré comme un homme de Dieu, tel le prophète Elie devant Achab, roi d’Israël qui lui aussi voulait « changer de civilisation » (lire dans l’Ancien Testament au 1er livre des Rois au chapitre 18 les versets 17 et 18 et la suite si on est curieux). Le visage du Saint Père exprimait donc très clairement de la réprobation, pour ne pas dire plus !

Mais c’était, je le rappelle, le visage du Serviteur de Dieu selon Isaïe, que les premiers chrétiens identifieront au Christ. Cette dureté de « silex » est aussi une ferme invitation à la conversion et à la repentance. Cela a valu pour tous ceux à qui Jésus a pardonné leurs fautes, cela vaut aujourd’hui pour notre président de la république s’il comprend l’avertissement.

Et c’est le devoir de tout chrétien et spécialement de tout catholique de refléter ce regard papal sur tous ceux qui nous gouvernent, ont envie de nous gouverner et aussi sur nous-même. Car si la cause de nos malheurs vient de la surdité et de l’aveuglement spirituel, on ne saurait non plus oublier la lâcheté  et la complicité dont nos rangs catholiques ne sont pas exempts.
Ce blog veut très modestement essayer de prolonger ce regard du Pape François. Subissant la loi du silence d’une certaine presse dont je parlerai plus tard, j’annonce très simplement que sur ce blog et n’engageant que moi, je dirai ma foi en la révolution chrétienne qu’implique le retour aux valeurs de l’Evangile et montrerai ce qui y fait obstacle.
Publicités

Un commentaire

  1. C »est bien ce que j’ai vu et que j’aime chez le Pape François: le masque sévère qui tombe comme un rideau devant certain interlocuteurs, ici le président français, quelque temps avant une photo publiée dans un magazine du Cardinal Bergoglio alors Archevêque de Buenos Aires reçu par la présidente argentine Mme Kirchner lors du vote de la loi sur le mariage homo là bas. Le masque de théâtre est au coeur de la civilisation greco-latine, il est présent dans toutes les cultures du monde, il est éminemment humain pour dévoiler la pensée du coeur. Vous relevez dans l’Evangile du visage résolu de Notre Seigneur, dur comme le silex, lorsqu’il doit monter à Jérusalem pour la Passion, je vois dans le visage grave du pape François qu’il sait prendre en certaines circonstances, actualisée, la Sainte Face de NS, il y a même une ressemblance frappante avec le Saint Suaire dont il a lui-même autorisé la prochaine ostention.

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s